AWEL BLUES EXPERIENCE – Blues, gear and beers

61 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 1 Moyenne: 4]

Le titre de l’album et sa pochette parlent d’eux-mêmes : ici, il va être question de blues, de motos et de bière, selon la bonne vieille recette qui transforme une journée comme les autres en trip fantastique du côté du Mississippi, avec l’odeur du gas-oil et les relents de bière rance en prime. Ceux qui nous font décoller ici au pays du blues rock bien graisseux sont les hommes de l’Awel Blues Experience, trois passionnés de blues qui décident d’unir leurs forces en 2015 et qui sortent ici leur premier album.

Les choses démarrent quelque part en Belgique où Albert Wellens (guitare et chant) et Patrick Larsille (batterie) fraisent à chaud du Stevie Ray Vaughan, ZZ Top, Gary Moore, Rory Gallagher, Eric Clapton ou Jonny Lang dans un petit groupe de reprises. L’envie d’écrire des compositions originales finit par prendre le dessus et Al et Pat mettent la main sur le bassiste Olivier Demeuse, qui pratique son instrument mais n’a jamais joué dans un groupe. Qu’importe, on met le nouveau venu en condition au terme de longues séances d’entraînement. En trois ans, l’Awel Blues Experience (pour Al Wellens, subtil jeu de mot, à la limite de l’ésotérisme kabbalistique) accumule une centaine de concerts en Belgique, France et Luxembourg, dont certains dans des festivals et même une première partie du groupe Ange.

Biens aiguisés au contact de la scène, les trois gaillards ont désormais assez d’expérience pour rédiger leurs propres morceaux, qui sont proposés ici sur ce premier album “Blues, gear and beers”. Si le classicisme blues des compositions n’étonne plus, l’Awel Blues Experience parvient néanmoins à bien séduire avec son dynamisme dans les interprétations et l’incontestable maîtrise instrumentale de la guitare et de la section rythmique. On passe donc par les principaux registres du genre, entre boogie lourd (“Awel’s boogie”), hymnes carrés à l’alcool (“Tequila”), folk blues pour camionneurs musclés (“Flat tire blues”), binaire puissant souligné de riffs capricieux (“Rescue me”), incursion dans un hard rock à l’australienne (“2 minutes”), douceurs hendrixiennes ou vaughaniennes (l’excellent “Hard to keep the faith”) ou rock sudiste clouté (le final “Blues, gear and beers”).

On dira que cet album revêt la simplicité des classiques et dans le genre, l’Awel Blues Experience se pose comme un formidable continuateur de la grande épopée du blues.

Pays: BE
Autoproduction
Sortie: 2018/11/21

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!