AZUSA – Heavy Yoke

5 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

“Les chiens ne font pas des chats”, affirme l’adage populaire. Si l’on part de ce principe, il est plutôt normal que la musique d’un groupe formé par un ex-membre du groupe Mathcore expérimental américain The Dillinger Escape Plan (Liam Wilson), un ex-membre (Christer Espevoll) et un membre actuel (David Husvik) du groupe Death/Thrash Progressif norvégien Extol et la chanteuse grecque (Eleni Zafiriadou) d’un duo Indie Pop basé en Allemagne (Sea+Air) ne soit pas tout à fait la copie conforme du Hard Rock’n’roll ultra-carré d’AC/DC.

Formé courant 2018, Azusa n’a, semble-t-il, pas eu besoin d’énormément de temps pour se forger une identité et mettre en boite ce “Heavy Yoke”, aussi réussi que déroutant, et sur lequel nous avons bien du mal à coller une étiquette valide. Le label Indie Recordings essaie bien de nous aider à analyser l’affaire en tentant un hypothétique : “[…]Imaginez Kate Bush chantant dans Slayer[…]”, mais la comparaison ne nous convainc qu’à moitié. Si nous devions nous hasarder à une analyse similaire, nous choisirions plutôt “[…]Imaginez Monika Edvarsen (Atrox, Tactile Gemma, The Third And The Mortal) chantant dans Voivod[…]”, mais, là encore, l’explication ne serait probablement pas tout à fait correcte.

“Heavy Yoke” pourrait être décrit comme un amalgame avant-gardiste de riffs Thrash Metal alambiqués et de rythmiques complexes, teinté d’influences Jazz Fusion et Progressives.  A cette combinaison sonore ésotérique, Eleni Zafiriadou ajoute des  vocaux bipolaires mêlant une douceur plaintive (parfois dissonante) à des explosions de fureur incontrolée. S’il n’est pas toujours évident de trouver le fil conducteur auquel il faut s’accrocher pour survivre à l’expérience, on ne peut qu’admirer l’aptitude d’Azusa à oublier les conventions Métalliques pour créer une musique différente de ce que propose le commun de ses congénères headbangers.

L’album (34’11) :

  1. Interstellar Islands (3’40)
  2. Heart Of Stone (3’47)
  3. Heavy Yoke (4’02)
  4. Fine Lines (1’57)
  5. Lost In The Ether (3’15)
  6. Spellbinder (2’40)
  7. Programmed To Distress (3’04)
  8. Eternal Echo (3’24)
  9. Iniquitous Spiritual Praxis (3’38)
  10. Succumb To Sorrow (1’47)
  11. Distant Call (2’53)

Le groupe :

  • Eleni Zafiriadou : Chant, piano
  • Liam Wilson : Basse
  • Christer Espevoll : Guitares
  • David Husvik : Batterie

Pays: NO/US/GR
Indie Recordings INDIE224cd
Sortie: 2018/11/16

Site Officiel d’Azusa

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!