BACKWATER – rock ‘n’ roll history

0 Shares
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Il ne s’agit pas ici d’un cours d’histoire du rock ‘n’ roll où un groupe se serait amusé à compiler des chansons retraçant l’histoire du rock, commençant par une reprise d’Elvis Presley et terminant pas une autre de Parquet Courts, histoire de retracer les grands moments de notre musique préférée. Non, plus prosaïquement, ʺRock ‘n’ roll historyʺest une des chansons qui figurent sur le deuxième album de Backwater et qui donne son titre également à celui de l’album.

De l’histoire, on va quand même en faire un peu en retraçant brièvement les grandes étapes de la formation de Backwater. Celui-ci naît à Lausanne en 2012, à l’initiative de deux transfuges du combo hard rock Sideburn : Fred Gudit (guitare) et Michel Demierre (basse). Ces deux garçons décident d’assumer pleinement leurs influences rock australiennes (AC/DC, Rose Tattoo) pour se lancer dans ce projet qui réunit également Marc Vermot (chant), Stéphane Monbaron (guitare lead) et Thierry Wetzel (batterie). Le groupe Backwater (qu’il ne faut pas confondre avec les métallurgistes allemands des années 80, d’autres rockers allemands de Berlin, les post-rockers anglais des années 90 ou les Américains des années 70) sort un premier album éponyme en 2015 où il révèle un rock classique, entre les Sudistes de ZZ Top, les métronomes de Status Quo et les bondissants de chez AC/DC.

Le cru 2020 représenté par ce ʺRock ‘n’ roll historyʺne va pas dévier de la ligne avec une nouvelle collection de chansons qui semblent avoir été volées dans le coffre-fort de Krokus, autre fameux groupe suisse fortement influencé par AC/DC. On ne sait d’ailleurs pas si c’est AC/DC ou Krokus qui ont influencé Backwater, tant tout ceci sonne comme du parfait clonage des deux, le chant de Marc Vermot étant plus proche de celui du vocaliste de Krokus.

Bon, nous n’allons pas gloser à l’infini sur ce jeu d’influences et on va profiter sans se poser trop de questions de ce sympathique petit disque qui nous recycle ce bon vieux rock à l’australienne qui ne se prend pas la tête et fait taper du pied en cadence. Backwater appuie sur tous les boutons des grands thèmes de base du rock ‘n’ roll, les gonzesses (ʺSweet little passionʺ, ʺI just want loveʺ, ʺAngel of devilʺ), l’alcool (ʺWhiskey in the jarʺ), un peu d’action (ʺRosie got a gunʺ, ʺOverdriveʺ), l’attitude (ʺRockin’ styleʺ, ʺWelcome to my worldʺ) et aussi un peu d’histoire avec ʺRock ‘n’ roll historyʺet une chanson édifiante sur la sinistre épopée de Jack l’Eventreur (ʺJack the ripperʺ). Le boulot est bien fait, les guitares assurent du riff carré et des solos fumés au bottleneck, le chant est entretenu au Jack Daniel’s et aux cigarettes sans filtre et tout ceci nous fait passer un bon moment. Après, il n’est pas très sûr que cet album sortira de nombreuses fois de l’étagère de la discothèque une fois placé à côté des albums de Krokus mais ça, c’est une autre question.

Le groupe :

Marc Vermot (chant)
Stéphane Monbaron (guitare lead)
Fred Gudit (guitare)
Michel Demierre (basse)
Thierry Wetzel (batterie)

L’album :

ʺJack the Ripperʺ (4:40)
ʺSweet Little Passionʺ (3:51)
ʺShine for Meʺ (3:20)
ʺRockin’ Styleʺ (4:21)
ʺI Just Want Loveʺ (4:27)
ʺWelcome to my Worldʺ (4:37)
ʺRock n’ Roll Historyʺ (3:55)
ʺRosie Got a Gunʺ (4:10)
ʺAngel of Devilʺ (5:36)
ʺOverdriveʺ (3:01)
ʺPicture on the Wallʺ (3:15)
ʺRide Downʺ (3:05)
ʺWhiskey in the Jarʺ (3:07)

https://www.facebook.com/Backwaterrock/

Pays: CH
Autoproduction
Sortie: 2020/03/13

Laisser un commentaire

Music In Belgium