BUILDING INSTRUMENT – Mangelen min

1 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Building Instrument est un groupe édité par le label norvégien Hubro et qui dit Hubro dit sonorités étranges, musicalité aventureuse et avant-garde audacieuse. La tradition est respectée ici avec ce troisième album d’un groupe qui réunit des musiciens ayant déjà évolué dans d’autres formations. Par exemple, Mari Kvien Brunvoll (chant, électronique) a également à son actif une carrière solo (ʺDaydream communityʺ, 2011 ; ʺDaydream twinʺ, 2013 et ʺFor individuals facing the terror of cosmic lonelinessʺ, 2015) quand elle ne participe pas à d’autres projets comme ceux de Stein Urheim (l’album ʺUtopian talesʺ sorti l’année dernière). Øyvind Hegg-Lunde (batterie et percussions) a fréquenté ou fréquente encore Crab Is Crap, Electric Eye, l’Erlend Apneseth Trio, Glow, Klangkameratane, Strings & Timpani ou The Sweetest Thrill. Il n’y a guère qu’Åsmund Weltzien (synthétiseurs et électronique) qui ne sort pas de Building Instrument, avec qui il a donc réalisé les albums ʺBuilding Instrumentʺ (2014), ʺKem som kan å leveʺ (2016) et ce dernier ʺMangelen minʺ (2018).

Musicalement, Building Instrument aime se laisser emporter dans des improvisations aux confins d’une musique électro et lo-fi. Ici, sur ʺMangelen minʺ (mon manque), le trio navigue avec candeur et rêverie dans un électro-pop baroque et scintillante (ʺLankeʺ, ʺMangelen minʺ). La voix de Mari Kvien Brunvoll volète dans des nappes électroniques et des percussions douces. Ici, on n’est pas loin de Bjork, par exemple. Son petit timbre de moineau facétieux élève les compositions vers des cieux diaphanes et cotonneux. Aucun à-coup nerveux ne vient perturber la finesse et la grâce qui hante les morceaux (ʺLetteʺ, ʺRygge rygge la laʺ).

Des sonorités de tous ordres se glissent de ci de là. On peut être dans l’orient de la Mer de Chine comme on peut se retrouver dans des ambiances plutôt balkaniques subitement noyées dans des ondes électro hypnotiques (ʺTa regnetʺ). Ce titre instrumental est la pièce de résistance de cet album qui, en une douzaine de morceaux, alterne séquences rythmiques (ʺSangen minʺ) et phases oniriques (ʺKlokkespielsymfonienʺ, ʺVil du dit nokʺ). Le bruitisme est aussi de la partie pour davantage d’effets déstabilisants (ʺGrønnere underʺ) avant qu’on ne soit réintégrés dans la douceur rassurante de ʺAlt forsvinnʺ, qui signifie ʺtout disparaîtʺ en français. Ça tombe bien, c’est ce qu’on était en train de ressentir sur les dernières minutes de cet album oscillant avec intelligence entre romantisme électronique et musique concrète pour lutin primesautier.

Pays: NO
Hubro Music
Sortie: 2019/02/01

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!