CATALYST – Catalyst II (EP)

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

La scène death metal flamande est en train de s’enrichir en ce moment d’un nouveau groupe, dont l’approche progressive le rend intéressant et vivace. Catalyst a pourtant choisi la voie lente, avec seulement deux EPs à son palmarès mais il faut dire que les récents événements sanitaires n’ont pas aidé à son expansion rapide.

Les choses commencent vers 2015, lorsque les guitaristes Philip Pedraza et Aaron Onghena quittent Gitaron, un projet heavy metal tenu par Giovanni Smet. Les deux musiciens ont des idées en commun et échafaudent des projets de groupe, qui prendra finalement naissance avec l’arrivée en 2018 du frérot Benjamin Onghena (ex-Zonder Zorgen, ex-Kidney Punch) à la basse. Catalyst voit alors le jour. Les idées de riffs s’accumulent, ces riffs deviennent des structures pour des morceaux mais il fait les compléter avec de la batterie et du chant. Jannes Lemaitre (ex-Titan, ex-Objector) et Jeroen Van Ranst (parallèlement chanteur du groupe doom gantois Monomad) viennent remplir ces rôles et Catalyst est désormais pleinement opérationnel.

Le groupe sort un premier EP trois titres intitulé tout simplement ʺCatalystʺ en 2018. Suivent les singles ʺSustainable dignityʺ et ʺFear wellʺ en 2019, mais peu après, le batteur Jannes Lemaitre part tenter sa chance chez Patroness, un combo doom/sludge originaire d’Anvers (qui vient d’ailleurs de sortir son premier album ʺFatumʺ en juin 2022). Nous sommes alors juste au moment de la crise du Covid et Catalyst se retrouve obligé de recruter un nouveau batteur uniquement par le biais des réseaux sociaux. C’est Sam Bogaert (ex-Dead End Path, un groupe death anversois) qui s’installe sur le tabouret.

Le nouveau line-up sort en décembre 2021 une nouvelle chanson ʺRights of passageʺ, qui va se retrouver ajoutée au deuxième EP ʺCatalyst IIʺ, sorti en février dernier. Les choses sont simples, cet EP rassemble en fait la totalité des titres enregistrés par Catalyst et on a donc le premier EP ajouté au deuxième EP pour le même prix.

Cela permet de faire le point sur l’évolution musicale de Catalyst, qui était encore assez rugueux à ses débuts mais qui a trouvé un chemin profitable vers davantage de complexité et de technicité sur ses morceaux les plus récents. Si les choses restent encore assez brutes de décoffrage sur les premiers titres (ʺConcreteʺ), les solos de guitare et les ponts musicaux laissent entrevoir les évolutions futures (ʺDebt to the worldʺ). Avec le morceau ʺSustainable dignityʺ, on remarque un bond qualitatif dans la production, la puissance rythmique et la maitrise des ambiances. Même chose avec ʺFear wellʺ et son introduction soignée ouvrant la voie à une belle versatilité rythmique. Le chant a lui aussi eu l’occasion d’évoluer, avec davantage de maîtrise dans l’échange entre mélodie et brutalité. Et logiquement, le dernier titre ʺRights of passageʺ est celui qui possède l’avantage de tous les peaufinements antérieurs, avec les pieds posés dans les différents territoires du death metal et du hardcore.

Catalyst n’a donc pas de mal à démontrer ses potentialités évolutives dans le domaine du death, en appuyant sur une touche progressive et mélodique subtilement mélangée à la puissance et à la pugnacité du métal. Il serait temps de fédérer tout cela dans un album complet qui ne demande qu’à être grand.

Le groupe :

Philip Pedraza (guitare)
Aaron Onghena (guitare)
Benjamin Onghena (basse)
Jeroen Van Ranst (chant)
Sam Bogaert (batterie)

L’album :

ʺDelirium Nostrumʺ (4:30)
ʺConcreteʺ (3:38)
ʺDebt to the Worldʺ (5:30)
ʺSustainable Dignityʺ (4:00)
ʺFear Wellʺ (5:57)
ʺRights of Passageʺ (4:54)

https://catalystbelgium.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/CatalystBelgium/?ref=bookmarks

Pays: BE
Autoproduction
Sortie: 2022/02/20

Laisser un commentaire

Music In Belgium