CRAZY LIXX – Street lethal

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Les punks ont l’habitude de dire que le punk n’est pas mort, les hardeux disent de même au sujet du hard rock, les amoureux de musique west coast ont recyclé leur truc sous la forme de l’americana, les métallurgistes extrêmes feront toujours leur musique au détriment des changements de mode. Et les glam métalleux, alors ? Que font les fans de hair metal pour affirmer que le hard mélodique/AOR/hair metal/glam metal n’est pas mort et qu’il a survécu au grunge ? Ils ont la carte majeure, l’atout puissant, le joker imparable : Crazy Lixx.

Ce groupe suédois formé il y a près de 20 ans dans la douce bourgade de Malmö a creusé son trou bien profondément au cœur des années 80, qu’il a choisies comme modèle exclusif. Danny Rexon (chant) et Joël Cirera (batterie) en sont les patrons depuis l’ouverture de la boutique. Il faut cinq ans pour que Crazy Lixx accouche de son premier album ʺLoud minorityʺ en 2007. À partir de là, la discographie déroule à un rythme régulier, avec un album environ tous les deux ans : ʺNew religionʺ (2010), ʺRiot Avenueʺ (2012), ʺCrazy Lixxʺ (2014), ʺRuff justiceʺ (2017), ʺForever wildʺ (2019) et ce nouveau ʺStreet lethalʺ (2019).

Depuis 2016, c’est un line-up stabilisé autour de Danny Rexon (chant), Joël Cirera (batterie), Chrisse Olsson (guitare), Jens Lundgren (guitare) et Jens Anderson (basse) qui commet des albums toujours plus sympathiques et pétaradants, le groupe ayant sans doute trouvé sa vitesse de croisière. C’est ainsi que ʺRuff justiceʺ et ʺForever wildʺ ont obtenu l’adhésion de fans enamourés qui font fi du côté un peu répétitif du style pour ne garder que le plaisir pur de s’éclater en écoutant du bon glam metal décomplexé et triomphant. Crazy Lixx serait-il le Status Quo du glam metal ? Possible, mais en tous cas, on s’amuse bien à leur écoute.

Le nouvel album ʺStreet lethalʺ ne fait pas exception à ce cycle vertueux entamé il y a quelques années et ils se pose comme un formidable moment de hard rock mélodique et glam à l’ancienne, dans la veine de ceux qui ont inspiré la bande de Danny Rexon (Whitesnake, Aerosmith, Def Leppard, Kiss, Mötley Crüe, l’Alice Cooper des années 80-90). On peut même dire que les boys du groupe se surpassent avec des compositions indomptables (l’énorme démarrage opéré par ʺRise aboveʺ), des mélodies lancées vers les grands espaces (ʺIn the middle of nothingʺ, très Def Lep), des solos échevelés, des harmonies vocales soyeuses et le chant bonjovien de Danny Rexon. Du début à la fin c’est une course inarrêtable où les perles sont plantées en terre avec force et vigueur (ʺAnthem for Americaʺ, ʺReach outʺ, un ʺStreet lethalʺ à la Ronnie James Dio, ʺOne fire – One goalʺ).

Danny Rexon s’est occupé de la production et lui a donné un aspect massif, avec un mixage signé Tobias Lindell (H.E.A.T, Europe, Hardcore Superstar…). Tout cela claque magnifiquement, donne envie de se jeter dans la première Cadillac rose venue et de foncer comme un dératé sur les autoroutes ensoleillées en grillant toutes les limites de vitesse. Pour l’autoroute ensoleillée, on repassera puisque cet album sort en automne. C’est d’ailleurs son seul défaut : il aurait mérité de voir le jour en plein été. Ne le rangez donc pas trop loin dans votre discothèque, il pourrait resservir pour illustrer le retour des beaux jours, tant il est solaire.

Le groupe :

Danny Rexon (chant)
Jens Anderson (basse)
Joél Cirera (batterie)
Chrisse Olsson (guitare)
Jens Lundgren (guitare)

L’album :

ʺEnter The Dojoʺ
ʺRise Aboveʺ
ʺAnthem For Americaʺ
ʺThe Powerʺ
ʺReach Outʺ
ʺFinal Furyʺ
ʺStreet Lethalʺ
ʺCaught Between the Rock N’ Rollʺ
ʺIn The Middle of Nothingʺ
ʺOne Fire – One Goalʺ
ʺThief In the Nightʺ

https://www.facebook.com/crazylixx

Pays: SE
Frontiers Music
Sortie: 2021/11/05

Laisser un commentaire

Music In Belgium