CURSE OF MILLHAVEN, The – Thresholds

5 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Ypres, ville martyr de la Première Guerre mondiale, continue de souffrir sous les coups hargneux d’un groupe de hardcore local, The Curse of Millhaven. Mais cette fois-ci, personne ne s’en plaindra puisque c’est pour la bonne cause du métal lourd. Jasper Lobelle (chant), Jeroen Debruyne (guitare), Kurt Mylle (guitare), Bram Dewilde (basse) et Bart Rambour (batterie) s’associent en 2012 et leur line-up n’a toujours pas changé. Il ne faut pas attendre longtemps pour que The Curse Of Millhaven (qui tire son nom d’une prison haute sécurité canadienne connue pour ses mutineries) fasse parler de lui sur ses terres en commettant son tout premier concert en première partie d’Aborted lors de la tournée des dix ans de ce groupe.

En février 2014, The Curse Of Millhaven entre aux studios CCR avec le producteur Kris Belaen pour en sortir trois mois plus tard avec dans les casiers un premier album ʺVestibule of hellʺ, qui s’inspire de l’enfer de Dante. On y découvre un mélange rassurant entre death metal, hardcore, avec donc comme résultat un deathcore assez agressif et encore relativement primaire. Cet album est défendu par le groupe notamment lors d’une apparition remarquée au festival Ieperfest de 2014.

L’étape suivante est constituée par l’EP ʺPlaguesʺ, qui sort en 2017 après avoir été forgé dans les studios Hearse, sous la conduite du producteur Lander Cluyse. Le style de The Curse Of Millhaven a gagné en consistance, avec un son mieux fini au service d’un deathcore toujours aussi énervé (ʺBlack deathʺ, ʺPlaguesʺ). Pour résumer, on se situe ici entre Kreator et Suicide Silence, autant dire que ça remue un peu.

Et ce n’est pas le deuxième album long format du groupe, ʺThresholdsʺ, qui va calmer le jeu. The Curse Of Millhaven revient ici plus remonté que jamais, avec un habillage de ses morceaux deathcore qui va toujours en s’améliorant. Le combo flamand déverse neuf nouveaux titres fumants (huit si l’on excepte le petit intermède acoustique ʺEnlightenmentʺ) destinés à semer la terreur sonore sans aucune pitié. Aux côtés des morceaux bien bourrins apparaissent aussi des titres plus subtilement construits, comme ʺMy reign, my wrathʺ ou ʺWeaknessʺ, toujours brutaux mais garnis de passages un peu plus travaillés.

Finalement, si l’on considère la scène hardcore flamande, il apparaît que The Curse Of Millhaven en était l’un des secrets les mieux gardés. Et donc, pour les amateurs de hardcore bourru, il existe plusieurs solutions pour découvrir ce quintet sulfureux : se procurer les albums ou aller voir le groupe partageant la scène du Vooruit de Gand avec Fleddy Melculy le 9 avril 2020.

Le groupe :

Jasper Lobelle (chant)
Jeroen Debruyne (guitare)
Kurt Mylle (guitare)
Bram Dewilde (basse)
Bart Rambour (batterie)

L’album :

ʺThresholdsʺ (05:25)
ʺShelterʺ (03:42)
ʺSadistic Artʺ (03:54)
ʺPath Of Destructionʺ (04:12)
ʺEnlightenment (Acoustic Intermezzo)ʺ (01:38)
ʺMy Reign, My Wrathʺ (03:37)
ʺWeaknessʺ (04:07)
ʺConfident To Defyʺ (03:44)
ʺCruciato Mentis (Instrumental)ʺ (03:52

https://www.facebook.com/TheCurseOfMillhaven/

Pays: BE
1054 Records
Sortie: 2019/08/30

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!