DARWIN – Origin Of Species (2 CDs)

40 Participations

Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Grosse pièce en vue et ce pour deux raisons car d’une part on est ici en présence d’un concept-album (deux galettes et donc 17 compositions) porté sur un sujet quasi existentiel qu’est l’origine des espèces et d’autre part, on est en présence d’un super-groupe puisque l’on trouve au sein de l’équipe un certain Simon Phillips (batteur, producteur jouant avec Toto) ou encore un certain Steve Howe (guitariste et membre de Yes)…Ernest Tibbs. Mais ici c’est bel et bien Darwin musicien islandais qui a écrit composé chaque morceau s’occupant aussi des guitares avec à ses côtés près de 14 musiciens et/ou chanteurs, l’Orchestre de Chambre de Londres, le quartet Origin Of Species (9 personnes) ou encore le quartet à cordes de Reykjavik (5 personnes)…mais la liste reste non exhaustive car il y aurait trop à dire avant de parler véritablement de la musique !

Passons donc à l’écoute de la première galette (7 titres) avec une musique progressive accompagnant une narration féminine puis, le ton s’alourdit vers un métal-progressif restant mélodique lorgnant sur le rock-progressif et le classic-rock avec en sus, un travail au niveau des harmonies vocales. Un début d’aventure au sein du concept en douceur avec une musique accessible avec encore ça et là des narrations propres à la conception de ce type d’album ensuite, nous passons à un premier morceau à l’écoute ”The Last Chance” qui débute par des bruitages de ville et un piano, qui lancent à nouveau un métal-progressif temporisé et accessible où, les claviers et la guitare tirent leur épingle du jeu et toujours, le travail vocal qui reste aussi un point important dans la construction des compositions sans oublier de nombreux changements d’atmosphères :

Au-delà de l’aspect sonore qui offre jusqu’à présent une belle musique, ce concept requiert toute votre attention et votre imagination afin de percevoir des compositions orchestrales, les harmonies vocales, l’art contemporain, la virtuosité des protagonistes tout cela sur fond de concept à la fois fantastique, écologique mais surtout complexe ! Sur ce continuons notre voyage avec toujours des narrations voir des discours sur fond de ballade acoustique virant ça et là vers un rock-progressif voir un classic-rock, ce qui me rappelle une certaine époque dans la carrière de Spock’s Beard époque ”Snow” ou encore Neal Morse forcément. Autre vidéo à visionner ici c’est le morceau ”Escape The Maze”, démarrant comme un néo-classique (piano et instruments à cordes) puis le progressif reprend ses droits, tout en conservant les instruments classiques offrant un côté symphonique mais aussi, des moments posés qui me rappelle à nouveau l’opus ”Snow” :

Jusqu’à présent le contenu musical respire le travail bien fait, rien d’étonnant vu les pointures présentes pour la conception de ce double-album, avec un rendu de qualité oscillant entre rock-progressif, néo-classique et rock-symphonique. Les narrations continuent de parsemer la musique avec ça et là des riffs plus tranchants orientant les chose vers le métal-progressif ou encore des claviers donnant une coloration plus moderne et futuriste. Bien sûr les harmonies vocales restent en place accompagnant par exemple un pop-rock aux accents néo-classiques (travail du quatuor à cordes ou de l’orchestre classique) ou encore, une composition voyageant entre classic-rock et rock-symphonique.

Seconde galette en analyse pour suivre avec ici 10 compositions avec d’entrée de jeu un rock qui rappelle le grand Neal Morse ou encore Spock’s Beard mais aussi, de nombreuses formations de la fin des années 70 et des eighties comme Toto. En fait ici la musique est à la fois accessible à un large public mais aussi, élaborée et respirant un grand professionnalisme de la part des protagonistes actifs sur ce double-opus, une musique complexe et travaillée qui reste agréable à suivre avec par exemple sur ce second disque de très beaux soli de guitare. ”Articial” sera ici le dernier morceau sous format vidéo avec toujours cette construction établie sur plusieurs styles se mélangeant parfaitement bien (ici rock-progressif et métal-progressif) et ayant un petit accent vintage où, travail vocal et travail musical sont sur un même plan :

Le reste du second disque est à l’image de tout ce qui précède, c’est à dire une musique élaborée et accessible voyageant entre plusieurs courants musicaux comme le pop-rock, le néo-classique, le rock-symphonique ou encore le rock-progressif. En tout cas ce double concept-album est d’un tout grand niveau technique, respirant comme je l’ai déjà dit un grand professionnalisme permettant de construire une musique de très belle facture que tout un chacun se devrait d’écouter !

Line-up :
Darwin (écriture, composition,guitares et arrangements des cordes)
Simon Phillips (batterie, percussions et claviers)
Matt Bissonette (chant principal et basse)
Greg Howe (guitare solo)
Jeff Babko (claviers et arrangements des cordes)
Koko Rhods (chant)
Robbie Wyckoff (chant)
Ernest Tibbs (basse)
Katisse Buckingham (flûte et saxophone soprano)
Dennis Hamm (claviers)
Amy Keys (claviers)
David PM (narrations, dialogues)
Alicia W (narrations, dialogues)
Masala B (narrations)

L’ Orchestre de Chambre de Londres
Le Quatuor à cordes de Reykjavik
Le Quatuor “Origin Of Species”

Les albums :

”For Humanity”
”The Last Chance”
”Taking Chances”
”Escape The Maze”
”Walk Away From Earth”
”Gummy Bear”
”Forever”

”War Against My Mind”
”Articial”
”One Horizon”
”Modern Insanity”
”Cosmic Rays”
”Life Is A Mystery”
”Slowly Melting”
”Rise”
”Just One More Day”
”Prologue/For Humanity”

Pays: IC/GB/US
OOS5CD/Autoproduction
Sortie: 2019/02/25

http://www.darwin.is/

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!