DEFECT DESIGNER – Neanderthal

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Sortez les gourdins et les peaux d’ours, parce que du Neandertal, vous allez en manger ici, et pas du petit. Les brutes caverneuses qui vont s’occuper de vos tympans s’appellent Defect Designer et ils signent ici leur troisième album chez Transcending Obscurity, après avoir affligé le monde chrétien de deux précédents albums de death metal purulent, ʺWaxʺ (2009) et ʺAgeing acceleratorʺ (2015). Enfin, un album, c’est beaucoup dire puisque ce nouveau ʺNeanderthalʺ, malgré ses sept morceaux, dépasse à peine les dix-huit minutes, ce qui place les chansonnettes à une moyenne de deux minutes trente à tout casser.

Au départ, Defect Deigner est formé à Novossibirsk, en Russie profonde. C’est un certain Dmitry Soukhinin, dit The Scavenger, qui monte cette petite section d’assaut qui ravage la Russie jusqu’en 2015, année où Soukhinin franchit la frontière russo-norvégienne à coups de mitrailleuse lourde pour venir s’installer à Oslo et trouver refuge dans Diskord, un groupe de death assez inclassable où l’on trouve aussi Eyvind Wærsted Axelsen (basse et chant), qui va participer à la remise en route de Defect Designer, désormais de nationalité norvégienne. Deux autres sbires se joignent à l’aventure : Martin Storm-Olsen (basse, ex-Coldflesh, ex-Trollfest) et Simen Kandola (batterie, également dans Vingulmork, un groupe de thrash et black metal).

Nos quatre loustics commettent ici un album d’une effrayante efficacité. Des colonnes de feu death metal et grindcore nous tombent dessus à pleine puissance dans un tourbillon fou de compositions néanmoins savamment travaillées. Après le choc initial, s’il nous reste des tympans encore en état de marche, on peut prêter l’oreille à des lignes de basse ciselées et complexes, des successions de rythmes aberrants qui rappellent aussi un petit côté Primus ou Dillinger Escape Plan. Tout ceci est cohérent quand on se souvient que la moitié des membres de Defect Designer sévissent aussi dans Diskord, dont le dernier album ʺDegenerationsʺ, également sorti chez Transcending Obscurity, avait révélé des qualités et une inventivité étonnantes.

Ici, c’est un festival de folie douce mâtinée de technicité qui nous emporte. Les titres s’enchaînent au petit trot et sont autant de baffes en pleine figure, des débuts de ʺNeanderthalʺ à la finition en règle opérée sur ʺPigstyʺ et ʺTime, forwardʺ, tous deux dotés de lignes de basse remarquables.

Le groupe :

Dmitry Soukhinin (chant et guitare)
Eyvind Wærsted Axelsen (basse)
Martin Storm-Olsen (guitare et chant)
Simen Kandola (batterie)

L’album :

ʺNeanderthalʺ (1:03)
ʺWrinklesʺ (4:09)
ʺTrollsʺ (2:39)
ʺLudditesʺ (3:21)
ʺVladʺ (2:01)
ʺPigstyʺ (1:39)
ʺTime, Forwardʺ (3:25)

https://defect-designer.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/defectdesigner1/

Pays: NO
Transcending Obscurity
Sortie: 2022/07/08

Laisser un commentaire

Music In Belgium