DELPOIO, Cécile – Tuolla

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Cécile Delpoio est née à Cognac mais émigre à Paris pour y satisfaire sa passion pour la musique, la réalisation de vidéos et le dessin. C’est dans le groupe métal symphonique Remember The Light qu’elle fait ses premiers pas de chanteuse, au cours d’une démo ʺExilésʺ (2016) et un EP ʺThe Outcomeʺ (2018). Elle a entre autres pour accompagnateurs dans ce groupe Stayn Karhien (guitare) et Olivier Reucher (claviers).

Ce sont ces deux musiciens qui vont participer au premier album solo de Cécile Delpoio, une œuvre envoutante et immersive qui montre immédiatement l’incroyable talent d’imagination, de composition, d’exécution au chant et de conception graphique de la jeune femme. ʺTuollaʺ est en effet un concept album qui raconte une histoire profonde et un disque qui se promène entre dark fantasy, folk éthéré, métal gothique et poésie. Cécile Delpoio cite comme influences des groupes comme Dead Can Dance, Hans Zimmer, Narsilion ou Ordo Funebris.

Tuolla est un royaume imaginaire flottant dans les cieux, dont la princesse Aodrëna ne peut que profiter de la beauté et de la tranquillité. Tout est présent pour être parfaitement heureux et pourtant, la princesse Aodrëna s’ennuie… Elle voudrait quitter ce royaume qui est le seul qu’elle ait jamais connu. Elle s’envole alors et atterrit dans le royaume déchu de la princesse Tsila Erimaïlma, qui la recueille, devient son amie mais ne peut présenter à Aordëna qu’un monde dévasté par la tristesse et la peur. Décidément, Aodrëna croyait que l’herbe était plus verte ailleurs mais finalement, on ne trouve jamais le bonheur en voulant se fuir soi-même. Cette conclusion qui hante ce conte est aussi valable pour nous, pauvres humains qui cherchons toujours à posséder ce que nous n’avons pas, négligeant ainsi les trésors qui sont à portée de nos mains.

En fin de compte, Aodrëna retourne dans son royaume mais c‘est pour être bannie par sa mère, la reine mourante qui considère avec été trahie par sa fille. Aodrëna est rejetée du royaume, retombe chez son amie Erimaïlma qui lui transmet comme dernière consigne avant de disparaître qu’Aodrëna doit croire en elle-même et trouver dans son propre intérieur les forces qui lui permettront d’être elle-même. La morale de cette fable est en fait valable pour l’humanité toute entière, ce qui lui en donne une valeur universelle.

Si je vous raconte tout cela, c’est que les paroles de cet album sont chantées en tuollien, une langue imaginée par Cécile Delpoio, qui est non seulement vidéaste, illustratrice, chanteuse, compositrice, mais aussi linguiste. Cette demoiselle a décidément tous les talents. Il ne manquerait plus qu’elle cuisine merveilleusement la blanquette de veau et sache réparer les Mercedes 600 SL et ça en ferait la femme parfaite. De plus, son chant placé dans le registre du soprano aérien confère à l’album une grâce cristalline d’une incroyable beauté. Si la musique reste compatible avec le métal symphonique, les tonalités employées ici restent foncièrement poétiques et cristallines. Le piano est un élément fort du disque, disséminant ainsi une beauté triste qui bouleverse à de nombreuses occasions (ʺErimaïlmaʺ, par exemple). On repère aussi Nils Courbaron, un guitariste français qui officie aussi chez les Norvégiens de Sirenia, qui vient participer au morceau ʺThe castleʺ.

On ne peut que rester en extase devant tant de magnificence sonore sur cet album ʺTuollaʺ, dont on espère qu’il ne sera pas le dernier. On peut aussi rêver devant la beauté visuelle des vidéos de ʺStarsʺ (qui a pris près de 18 mois à être tourné) et de ʺThe castleʺ, disponibles sur YouTube. C’est un véritable enchantement sur toute la ligne.

Le groupe :

Cécile Delpoio (chant, piano, écriture, illustrations)
Olivier Reucher (claviers, orchestrations)
Stayn Karhien (guitares)

L’album :

ʺAodrënaʺ (03:16)
ʺHighest Dreamsʺ (04:18)
ʺAu Sommet de la Tourʺ (03:25)
ʺAbove the Skyʺ (04:40)
ʺErimaïlmaʺ (10:11)
ʺU-turn – Through the Forest’s Lamentsʺ (02:01)
ʺThe Castleʺ (feat. Nils Courbaron) (06:43)
ʺThe Ungrateful Daughterʺ (03:16)
ʺThe Serpent’s Venomʺ (04:04)
ʺStarsʺ (06:01)
ʺFlyingʺ (05:35)

https://ceciledelpoio.bandcamp.com/releases
https://www.facebook.com/cecile.delpoio/

Pays: FR
Autoproduction
Sortie: 2022/10/28

Laisser un commentaire

Music In Belgium