CD/DVDChroniques

DIRTY SOUND MAGNET – Dreaming In Dystopia

Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Mes derniers contacts avec la musique de la formation suisse Dirty Sound Magnet datent de 2013 et 2014, avec les sorties de leur album “What Lies Behind et du mini LP “The Bloop“. À l’époque, Dirty Sound Magnet était un quatuor prometteur, constitué de trois musiciens talentueux (Stavros aux guitares, Maxime à la batterie et Marco à la basse) et d’un excellent chanteur appelé Didier, qui  s’évertuait à remettre au goût du jour le Hard Rock classique des Seventies en puisant largement dans le patrimoine laissé par Led Zeppelin, Free et Cream à l’humanité reconnaissante. Depuis, plus de nouvelles ! Enfin, de mon côté en tout cas, puisque mes collègues François et Philippe avaient continué à suivre la carrière de la formation fribourgeoise en chroniquant successivement leurs albums “Transgenic” de 2019 et “DSM-III” de 2022.

Le 20 octobre 2023, Dirty Sound Magnet a ajouté un nouveau volume à sa discographie. Il s’intitule “Dreaming In Dystopia” et, pour moi qui n’ai plus suivi l’affaire depuis près de neuf ans, il est carrément déroutant. Si, côté Line-up, Marco Mottolin, Stavros Dzodzosz et Maxime Cosandey assurent toujours leurs postes respectifs de bassiste, guitariste et batteur, le talentueux Didier a carrément disparu (NDR : il se dit sur la grande toile mondiale qu’il partage désormais ses talents entre un boulot de coach vocal et une passion pour la comédie musicale). Dirty Sound Magnet n’en est pas devenu muet pour autant, puisque c’est l’ami Stavros, qui, en plus de titiller la six-cordes, se charge désormais de donner de la voix au trio.

Même si j’admets avoir eu besoin d’un petit temps d’adaptation pour accepter les vocaux particulier de Stavros (NDR : qui contrairement à son prédécesseur, n’a pas grand-chose de Robert Plant), je dois dire que ce n’est pas le chant qui m’a le plus dérouté sur “Dreaming In Dystopia“, mais plutôt le changement radical de direction musicale. Adieu Classic Hard Rock d’antan ! Dirty Sound Magnet donne désormais dans le Rock Psychédélique, teinté de progressif et d’expérimental. Côté inspiration, concrètement, les Helvètes ne quittent pas tout à fait les Seventies, mais au lieu d’aller puiser chez Led Zep et Free, c’est plutôt avec Pink Floyd, King Crimson et Frank Zappa qu’ils se cherchent des points communs sonores. Toutefois, comme il le faisait déjà dans son passé musclé, Dirty Sound Magnet ne contente pas de répéter ce que d’autres ont fait avant lui. Le trio s’inspire, explore et innove même, en mélangeant des atmosphères planantes, des constructions bigarrées et des petits coups de folie, tout en mariant le tout à des lignes de guitares solitaires magiques.

Une très bonne surprise au final.

L’album :

  1. Melodies From Distant Shores” (4’20)
  2. Dreaming In Dystopia” (3’42)
  3. The Tragedy Of Man” (3’37)
  4. Lonely Bird” (3’59)
  5. Utopia” (4’28)
  6. Flowers, Angels and Chaos” (4’37)
  7. Lost My Mind” (3’39)
  8. Insomnia” (8’25)

Le groupe

  • Stavros Dzodzosz – Chant, guitare
  • Marco Mottoloni – Basse, chœurs
  • Maxime Cosandey – Batterie, chœurs

Site Officiel

Pays: CH

Wild Thing Records – WTR050CD

Sortie: 2023/10/20

Laisser un commentaire

Music In Belgium