DRIFTING SUN – Forsaken Innocence

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Retour de ce projet progressif de studio Drifting Sun avec ici, un nième album (il y en a déjà eu un grand nombre) et ce, après un recueil de singles paru en 2019 au même titre que l’album précédent paru la même année. Une pause donc de deux ans pour raison de Covid je suppose (il en aura emmerdé des musicos celui-là !) et peut-être pour d’autres raisons cela dit, la formation anglaise portée par le claviériste Pat Sanders nous revient donc avec à son bord toujours Mathieu Spaeter (guitares) mais aussi l’arrivée de nouveaux partenaires dont un certain John Jowitt (Arena, IQ, Jadis…) à la basse ! Je vous citerai plus loin l’ensemble des musiciens qui ont pris part à ce projet mais, passons à l’écoute de la première composition qui, est un épique de près de 11 minutes offrant d’emblée un mélange de néo-classique et de progressif, additionné d’un travail des chœurs avec bien sûr, l’omniprésence des instruments à clavier comme l’orgue, le piano et les synthés offrant ainsi un rock-progressif à la fois classique et multi-colorations.

Avec par exemple un passage posé où orgue et chant dépose une musique délicate puis, le progressif reprend ses droits avec à nouveau une envolée des claviers mais aussi, un travail bien perceptible à la basse (Merci Monsieur Jowitt). En fait dans cet opus et hormis une exception, toutes les compositions sont plutôt longues avec une durée allant de 7 à presque 15 minutes donc un recueil d’épique qui, continue de nous proposer un progressif classique utilisant de nombreux sons vintage comme celui de l’orgue (son dans une église) comme l’utilisation d’un chant travaillé avec profondeur et résonnance.

Idem pour les passages au piano ou aux synthés qui bien sûr, renforcent l’aspect progressif de l’ensemble des compositions qui, restent sur un profil classique et orchestral vu la complexité et la recherche pour construire l’architecture des morceaux ce qui permet, le positionnement de passages néo-classiques ou encore d’un beau solo de guitare…avec pour fil conducteur un savant-mélange entre classic-rock et rock-progressif qui ravira je pense les nostalgiques d’un progressif des seventies ou des années 80…mais cet album est bien sûr destiné à tous les progueux comme à tous les amateurs de belle musique où mélodie et technique font bon ménage !

Ajoutons encore que la plage titulaire est décomposée en deux parties avec un total en durée de 26 minutes donc, prenons une grande respiration pour appréhender cette grande pièce où, flûte et violon renforcent cet effet vintage de la musique sans oublier la complexité de composition que représente un tel travail ! Même si l’orientation musicale va bel et bien vers le côté classique de la chose, reconnaissons bien évidemment l’immense travail que représente l’élaboration de tels épiques !

Le Bandcamp pour découvrir l’album dont la pochette est magnifique !

https://driftingsun.bandcamp.com/album/forsaken-innocence

L’équipe en place:
Pat Sanders (claviers)
Jargon (chant et claviers)
John Jowitt (basse)
Mathieu Spaeter (guitares)
Jimmy Pallagrosi (batterie)
+
Eric Bouillette (violon et guitare)
Ben Bell (orge Hammond)
Gareth Cole (guitare)

Pays: GB
Autoproduction
Sortie: 2021/10/27

https://www.facebook.com/driftingsunofficial

 

Laisser un commentaire

Music In Belgium