EDMOND JEFFERSON AND SONS – The winter

31 Participations

Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Mais qui est donc Edmond Jefferson? Ce n’est pas en tous cas le leader de ce groupe suisse qui est en fait composé de Josette Seydoux (chant et percussions), Arno Carnal (guitare et chœurs), Bertrand Vorpe (guitare), Antoine Guerne (basse et percussions) et Thibaud Gerber (batterie). Ce n’est pas non plus un personnage historique qui aurait pu être américain ou anglais et vivre au 18e ou 19e siècle. Mais c’est peut-être le fameux propriétaire de l’aéroplane qui rendit célèbre un groupe américain des années 60. C’est en tous cas une référence qu’on peut deviner quand on écoute la musique de cet Edmond Jefferson And Sons, combo qui sévit du côté de la ville de Biel depuis 2011.

Cette formation a sorti un premier EP en 2012 et était restée silencieuse depuis. C’est dommage car ce qu’on entend sur ce deuxième album ʺThe winterʺ est bien intéressant et captivant. On est ici dans un rock caillouteux et envoûtant qu’on verrait bien se promener du côté des déserts de Californie. La voix grave de Josette Seydoux draine tout un flot de sentiments et de fantasmes, flottant sur un lit de guitares abruptes et écorchées. Le mid-tempo de la plupart des morceaux permet d’appuyer un peu plus sur le côté puissant et grave des propos musicaux. Les paroles en français ou en anglais laissent songeur, avec leur sens caché ou leurs thèmes qui n’ont rien à voir avec les titres (ʺLes botanistesʺ ne parle pas de botanique mais est plutôt un poème halluciné). Et ʺHelsinkiʺ parle-t-elle vraiment d’Helsinki? Cette chanson permet en tout cas d’envoyer des accords de guitares hantées et psychédéliques, tout en force calme. ʺThe winterʺ passe à des ambiances plus dépouillées, avec une seule note pointilliste de guitare soutenant un chant qui lance un cri d’attente envers quelqu’un ou quelque chose qu’on a du mal à identifier. Les textes progressent dans le sous-entendu, dans le sens caché ou dans une approche languissante du désespoir (ʺLaïtakʺ et ses poussées rythmiques dramatiques). Le groupe nous garde ses deux plus belles pièces pour la fin avec un ʺZingueriaʺ dramatique de sept minutes et un ʺThe lineʺ de huit minutes taillé dans un rock psychédélique lent et délicat, mais toujours désespéré.

De grands moments de rock sombre ponctuent cet album, signature d’un groupe dont il faudrait se souvenir du nom : Edmond Jefferson And Sons.

Le groupe :

Josette Seydoux (chant et percussions)
Arno Carnal (guitare et chœurs)
Bertrand Vorpe (guitare)
Antoine Guerne (basse et percussions)
Thibaud Gerber (batterie)

L’album :

  1. Hotcha (02:38)
  2. Erine (04:00)
  3. First Race (05:56)
  4. Les Botanistes (05:33)
  5. Helsinki (06:03)
  6. The Winter (03:32)
  7. Laïtak (04:16)
  8. Avril Orange (03:39)
  9. Lost (04:27)
  10. Zingueria (06:52)
  11. The Line (08:17)

https://hummusrecords.bandcamp.com/album/the-winter
https://www.facebook.com/edmondjeffersonandsons/

Pays: CH
Hummus Records
Sortie: 2019/03/08

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!