CD/DVDChroniques

ENTOMBED A.D. – Bowels of Earth

0 Shares
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Troisième chapitre de la saga Entombed A.D. avec cette nouvelle livraison des death métalleux suédois, obligés de se bricoler le nom d’Entombed A.D. après s’être fait piquer le droit d’utiliser leur vieux et traditionnel nom d’Entombed au motif que ce petit malin d’Alex Hellid, guitariste du groupe originel, s’est tiré avec le copyright. Mais qu’à cela ne tienne, puisque les vétérans d’Entombed A.D. mènent maintenant par trois albums à zéro sur un Alex Hellid qui n’a toujours rien sorti sous le nom d’Entombed.

Et tel est pris qui croyait prendre puisque les hommes d’Entombed A.D. marquent à nouveau des points avec ce nouvel album puissant, parvenant à rétablir intact le prestige d’un groupe qui ne fera plus qu’un, tant les fans auront pris l’habitude de se dire qu’Entombed A.D., ce n’est jamais qu’Entombed avec deux lettres de plus.

Entombed A.D. frappe encore cette année mais le groupe a aussi connu quelques petits changements de personnel puisque le bassiste Viktor Brandt a préféré se retirer, sans doute très absorbé par le projet Firespawn qui cartonne également très bien. Mais si Viktor Brandt a quitté Entombed A.D. parce qu’il avait trop de boulot avec Firespawn, on ne comprend pas très bien pourquoi L.G. Petrov, chanteur d’Entombed A.D. également présent dans Firespawn, n’en a pas fait autant. Il y a peut-être d’autres raisons. Quoiqu’il en soit, Entombed A.D. négocie habilement ce changement avec l’arrivée du guitariste Guilherme Miranda, ami de longue date du groupe qui va précisément apporter un peu de sang neuf à ces compositions qui allient avec brio les vieilles visions classiques du death suédois avec de nouveaux éléments plus modernes et – osons le dire – parfois plus mélodiques.

Le fond de sauce reste néanmoins ce bon gros death metal qui a fait les belles heures d’Entombed dans les années 1990. Là-dessus, pas de doute, des morceaux comme ʺTorment remainsʺ, ʺEliminationʺ, ʺHell is my homeʺ ou ʺThrough the eyes of the godsʺ sont là pour remettre les pendules à l’heure en faisant tourner à toutes vitesses des aiguilles en fonte sur le cadran défoncé de nos cerveaux fumants. On monte vers un peu plus de subtilité avec l’introduction au piano qui pose une ambiance inquiétante sur les premières secondes de ʺBowels of Earthʺ, vite métamorphosée en tempête d’acier, relevé de beaux échanges entre les solos de guitare. ʺBourbon nightmareʺ démarre brièvement avec une petite musique mariachi, vite balayée par le souffle dévastateur d’un death nourri aux hormones de buffle. ʺFit for a kingʺ révèle aussi dans son milieu des arrangements un peu plus mélodiques qui ajoutent une touche dramatique supplémentaire à ce morceau qui n’aurait été qu’une bourrinerie de plus sans ces aménagements. Là où on s’étonne aussi, c’est en trouvant cette reprise d’Hank Williams (oui, Hank Williams, la vieille légende de la country américaine des années 40), intitulée ʺI’ll never get out of this world aliveʺ et qui subit entre les mains d’Entombed A.D. un changement révolutionnaire de bout en bout. C’est simple, en écoutant la version originale, je n’ai rien reconnu du tout. L’album se termine avec un autre morceau pas aussi monolithique que ça, le pesant ʺTo eternal nightʺ qui vient mettre une touche plus calme (toutes proportions gardées…) à un album qui a remarquablement fait le boulot en matière de destruction de tympans.

Est signalée l’existence en titre bonus d’une reprise de Motörhead (ʺBack at the funny farmʺ, à l’origine sur l’album ʺAnother perfect dayʺ de 1983) mais comme nous ne disposons pas de l’album avec la version bonus, nous n’avons pas pu nous faire une idée de la valeur de cette reprise. Mais une rencontre entre Entombed A.D. et Motörhead ne devrait donner que de bons résultats. Enfin, Entombed A.D. viendra réduire les têtes sur scène au Kavka Zappa d’Anvers le 14 novembre prochain, en compagnie d’Aborted et de Baest. Ici aussi, ça devrait donner de bons résultats. Prévenez les Nations-Unies!

Le groupe :

Lars-Göran Petrov (chant)
Nico Elgstrand (guitare)
Guilherme Miranda (guitare)
Olle Dahlstedt (batterie)

L’album :

“Torment Remains” (02:51)
“Elimination” (03:26)
“Hell Is My Home” (03:47)
“Bowels of Earth” (04:30)
“Bourbon Nightmare” (03:35)
“Fit for a King” (03:34)
“Worlds Apart” (03:33)
“Through the Eyes of the Gods” (03:08)
“I’ll Never Get Out of This World Alive” (Hank Williams cover) (02:10)
“To Eternal Night” (05:43)
“Back at the Funny Farm” (Motörhead cover) (04:11)

https://www.facebook.com/EntombedAD/

Pays: SE
Century Media
Sortie: 2019/08/30

Laisser un commentaire

Music In Belgium