EPINIKION – Inquisition

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Epinikion, en grec, signifie ʺhymne au vainqueurʺ. Cela nous ramène à la Grèce antique, où ces chants étaient composés en l’honneur des athlètes qui remportaient des épreuves sportives. Le sport a d’ailleurs été le premier amour de Robert Tangerman et Renate De Boer, qui ont ensuite laissé leur carrière, l’âge venant, pour se tourner vers la musique et plus particulièrement le métal symphonique.

Et là, les choses vont assez vite. Renate De Boer (claviers) et Robert Tangerman (guitare) fondent Epinikion pas plus tard qu’en 2021 et recrutent Eleonora Damiano au chant, Levent Gasgil à la guitare et Emre Demir à la basse. Une autre équipe spécialement dédiée aux concerts est montée avec Rico Snel (ex-Adversarius) à la guitare, Rusad Hassan (ex-Aeternitas) à la basse et Joeri Warmerdam (Phantom Elite) à la batterie.

La progression d’Epinikion se poursuit toujours rapidement avec la sortie du premier album ʺInquisitionʺ en 2022. Robert Tangerman et Renate De Boer n’ont pas perdu de temps pour écrire les douze chansons qui vont occuper l’auditeur pendant un peu plus d’une heure. Le groupe nous emmène sur les routes exaltantes du métal symphonique avec des compositions fraîches et savamment construites. Également penché vers le progressif, ʺInquisitionʺ est aussi à l’aise dans les grandes atmosphères épiques (ʺThe council of troublesʺ, qui ouvre l’album dans un croisement entre l’Espagne et l’Égypte ancienne) que dans des accès hard progressifs à guitares étincelantes (ʺLove so sublimeʺ). Le chant d’Eleonora Damiano mélange harmonieusement douceur et fièvre, sans en faire trop, ce qui permet aussi aux guitares de s’exprimer avec force.

Bien sûr, quand on s’attaque à un album qui dure plus d’une heure, le risque est grand de tomber à un moment ou à un autre dans la routine. Je ne vous cacherai pas que c’est un peu l’impression que j’ai eu au cours de cette traversée, où la seconde partie d’album s’enlisait un peu dans la redite. Mais des morceaux placés aux endroits stratégiques ont toujours réussi à relancer l’intérêt (ʺStand up anf fightʺ, ʺFalse faced demonʺ et son puissant mid-tempo, ou le final ʺThe courage to changeʺ qui envoie une rafale de guitares bien métalliques en guise de dernier tour de piste).

Dans l’ensemble, cet album produit par Epinikion lui-même se comporte bien et servira essentiellement les amateurs de métal symphonique voyant les choses dans les grandes largeurs. Aux dernières nouvelles, le groupe a récemment subi un changement de personnel en profondeur avec le départ d’Emre Demir, Levent Gasgil et Eleonora Damiano, lesquels ont été remplacés par la titularisation de Rusad Hassan et Rico Snel. On verra ce que cela donnera à l’avenir et ceux qui veulent voir Epinikion sur scène pourront se rendre à Bree le 26 novembre prochain pour assister à un concert donné au club le Ragnarok.

Le groupe :

Emre Demir (basse)
Robert Tangerman (guitare)
Renate de Boer (claviers)
Eleonora Damiano (chant)

L’album :

ʺThe Council of Troublesʺ (01:36)
ʺInquisitionʺ (07:21)
ʺLove So Sublimeʺ (06:09)
ʺWelcome to the Wonderful World of Jealousyʺ (04:34)
ʺStand Up and Fightʺ (05:07)
ʺOn the Brink of Despairʺ (05:13)
ʺIn the Middle of the Nightʺ (05:47)
ʺSail Awayʺ (08:26)
ʺFalse Faced Demonʺ (06:20)
ʺIf I Could Turn Back Timeʺ (03:22)
ʺStranger in the Darkʺ (05:35)
ʺThe Courage to Changeʺ (04:24)

https://www.facebook.com/epinikion/

Pays: BE
Autoproduction
Sortie: 2022/04/21

Laisser un commentaire

Music In Belgium