EXALTATION – Under blind reasoning

0 Shares
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Les frères Nathan Baylis (alias Autumus) et Aaron Baylis (alias Arzryth) proféraient un black metal misanthrope dans un groupe appelé Winter Deluge au milieu des années 2000, dans la bonne ville d’Auckland en Nouvelle-Zélande. Après deux EPs et deux albums et l’arrivée du guitariste Mort en 2015, Winter Deluge se sépare en 2022, laissant nos trois protagonistes persévérer dans leur autre projet, Exaltation. Au départ formé en 2013, ce groupe végète un peu avec uniquement une démo sortie en 2017 et c’est finalement en 2022 que le groupe se lance sur son premier album ʺUnder blind reasoningʺ, optant pour un death metal sérieusement environné de black.

Un certain Al Cunningham est recruté au chant et Exaltation peut ainsi se laisser aller à ses penchants morbides et hargneux. L’adjectif morbide est utilisé ici à bon escient puisque l’auditeur attentif qui a encore une paire de tympans en état de marche pourra remarquer de solides similitudes avec le style de Morbid Angel, le grand pionnier du death metal de la fin des années 80.

On ne va pas y aller par quatre chemins en annonçant que cet album ouvre d’un coup des sept portes de l’enfer dans un fracas charcutier irrésistible. Avec un son épais et une production aiguisée, Exaltation rase tout sur son passage, faisant fondre les amplis et transformant l’auditeur en masse de viande fumante. On a l’impression que les compositions se gonflent peu à peu de violence sournoise, jusqu’à atteindre un masse critique qui va ensuite se déverser dans d’intenables ondes de choc qui aplatissent tout.

En une trentaine de minutes et huit titres, la messe noire est dite. ʺIron rebellionʺ démarre le bombardement intensif sous des couches d’engins incendiaires et la succession des morceaux ne laissera aucun répit, entre un ʺImpending deceasedʺ crépitant, à peine distinctif du terrifiant éponyme ʺExaltationʺ, ou les horreurs sonores manifestes de ʺImpious massacreʺ et ʺBlaspheme mortalityʺ. Pour en revenir à Morbid Angel, on pense particulièrement à l’album ʺGateways to annihilationʺ (2000), qui voyait le groupe floridien encore au meilleur de sa forme. Exaltation livre ici un death metal sombre et nourri de black metal dans ses aspects dissonants et imprévisibles qui n’est pas sans rappeler cet album de Morbid Angel. Le morceau ʺDivider of redemptionʺ est le final qu’il fallait à cet album, résumant en un seul coup toutes les astuces dévastatrices utilisées par Exaltation.

On a donc ici un disque résolument recommandé aux amateurs de death metal sans compromis, à la recherche de l’esprit des pionniers du genre. Une intéressante plongée dans une prolongation inventive du death old school.

Le groupe :

Nathan Baylis (guitare)
Mort (guitare)
Al Cunningham (basse, chant)
Aaron Baylis (batterie)

L’album :

ʺIron Rebellionʺ (3:50)
ʺImpending Deceasedʺ (4:37)
ʺExaltationʺ (2:30)
ʺAscensionʺ (5:40)
ʺFate Revoltʺ (2:40)
ʺImpious Massacreʺ (2:35)
ʺBlaspheme Mortalityʺ (3:17)
ʺDivider of Redemptionʺ (6:28)

https://sentientruin.bandcamp.com/album/under-blind-reasoning
https://www.facebook.com/SentientRuin/

Pays: NZ
Sentient Ruin Records
Sortie: 2022/07/29

Laisser un commentaire

Music In Belgium