GOSUDAR – Morbid despotic ritual

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

On ne peut que se féliciter de la pénétration de la culture occidentale dans les terres russes, du moins en ce qui concerne le death metal. Parce que pour ce qui est des hamburgers et du Coca-Cola, l’Occident n’a pas à être fier de refiler tout ça à d’autres populations mais le death metal exporté en Russie permet de combiner la violence inhérente au genre à une certaine virilité et une certaine brutalité russe, qui a son charme quand elle n’est pas une menace pour la paix mondiale. Exemple ici avec Gosudar qui, en matière de paix, n’y connaît pas grand-chose et préfère plutôt déclarer la guerre à nos tympans avec un premier album d’une puissance destructrice impressionnante.

Gosudar (qui signifie prince en russe) est une émanation récente du combo death moscovite The Occult, formé en 2011, auteur de deux albums et dans lequel évoluent Sergey Milenin (guitare) et Vadim Ivanov (guitare et chant). Ces deux garçons décident de développer en parallèle leur propre groupe et font appel au batteur Renat Kurmakaev, qui jusqu’en 2018 terrorisait la ville de Rostov-sur-le-Don dans un autre combo death appelé Tarpan. Gosudar sort une première démo en 2018, avec les titres ʺKing of painʺ et ʺAnathemaʺ, qui se retrouvent rapidement sur un album partagé avec Carcinoid, en 2019.

Le premier album suit cette année, avec une poignée de morceaux qui révolutionnent l’idée qu’on se fait de la démolition de bâtiments. Les hommes de Gosudar mettent en action une puissance démesurée, au service d’un son rupestre qui tient plus de l’infra-son que du son proprement dit. Déjà au contact des guitares, la peau des auditeurs à tendance à se détacher toute seule mais le jeu de batterie d’une terrifiante technicité finit de rétrécir la structure osseuse de ceux qui s’aventurent dans l’écoute de ce premier album. Ajoutons un chant d’ours possédé par des démons assyriens qui sème la terreur dans l’inconscient et on obtient une authentique tempête thermonucléaire qui évapore tout sur son passage. Des morceaux comme ʺDemented visions of the infinite powerʺ, le phénoménalement épais ʺProphecy embodimentʺ ou le titanesque ʺInsurrection of Nephilimʺ, vous passent un coup de rouleau compresseur entre les deux oreilles, sans qu’il soit nécessaire de remettre une deuxième couche.

On sent que les hivers passés les pieds dans la neige avec un temps d’ensoleillement qui se chiffre en millisecondes forgent le caractère des métalleux de l’Est profond. Ici, on n’est pas dans le mélodisme des groupes suédois de Gothenburg ou les aimables manières des combos finlandais. Le Moscovite ne rigole pas, le Moscovite vous réduit en poussière si vous l’énervez un petit peu trop.

Le groupe :

Renat Kurmakaev (batterie)
Sergey Milenin (guitare et chœurs)
Vadim Ivanov (guitare et chant)

L’album :

ʺDemented Visions of the Infinite Powerʺ (04:59)
ʺAwakening of the Realmʺ (05:44)
ʺProphecy Embodimentʺ (04:14)
ʺScripture of the Vile Testimonyʺ (04:32)
ʺInsurrection of Nephilimʺ (06:59)
ʺMorbid Despotic Ritualʺ (06:22)

https://gosudardeath.bandcamp.com/album/morbid-despotic-ritual
https://www.facebook.com/gosudardeath/

Pays: RU
Rotted Life Records
Sortie: 2021/05/28

Laisser un commentaire

Music In Belgium