HANGMOON – Meztli (EP)

116 Participations

Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Plutôt que d’inventer n’importe quoi, il me semble plus honnête de reprendre les mots du document accompagnant le disque ”Meztli” du groupe français originaire de Metz Hangmoon au sein duquel, on trouve Adam Courtinot (basse, guitare et chant, ex-Sick Genius) et Lycaon (batterie et ex-Night).

”Entre transcendance et agressivité, énergie brute et onirisme, Hangmoon est la rémanence de rêves et de souvenirs enfouis. Éthérée, mélancolique mais aussi teintée de violence, sa musique est un hommage aux souffrances passées, et celles à venir…Hangmoon est l’aboutissement d’une longue et difficile guérison (entamée en 2018). Au coeur du vaste désert mexicain, entre deux épineuses hallucinations, il aua en effet suffit d’une tragique nuit sous le regard froid et sévère de la Lune pour laisser des traces indélébiles…des traces sur lesquelles le groupe s’aventure en 2019, en explorant dans son premier EP “Meztli” (déesse de la lune aztèque) une atmosphère sombre et mélodique, marquée par le désespoir, le sentiment de défaite et de captivité, puis le retour en force d’un humilié”.

Ce texte étant bien écrit et surtout parfaitement représentatif du processus artistique et donc de la conception de ce premier mini-album 4 titres, j’ai donc trouvé des plus judicieux de retranscrire ces très beaux mots, plongeant le lecteur/auditeur directement dans l’univers du duo qui me rappelle au premier abord les débuts d’un certain Anathema !

C’est ”I braved the holy deer” qui ouvre notre esprit à partir de quelques accords de guitare dans une atmosphère plutôt légère puis, l’on verse alors vers quelque chose de plus pêchu et de plus lourd, la guitare se faisant plus hargneuse et les cuivres plus présents avec ça et là quelques cris gutturaux qui effectivement me rappellent les premiers albums des frères Cavanagh (Judgement…). L’ensemble déposant une atmosphère mélancolique…lourde mais prenante pour ceux qui apprécient ce type de musique avec aussi, un travail vocal habité et toujours ces cuivres ou cymbales omniprésents qui apportent clairement un plus :

S’ensuit la plage titulaire où apparaît le chant de Raphaëlle Sauer apportant quelque peu de douceur à un rock tonique et décidé où, l’on retrouve pas mal de similitudes avec certains courants alternatifs (post-rock…) sans oublier ce mélange judicieux entre la guitare électrique et acoustique, ce qui permet de passer d’un moment quelque peu posé à une explosion franche :

Jusqu’à présent on voyage à travers des ambiances propices à réfléchir au contexte constructif de cet album, car le contenu sonore nous force à encaisser lors des moments forts (saturation de guitare…) et à respirer lors des passages plus tempérés (arpèges légers..).

”Prisoner” semble plutôt calme au départ avec un travail subtil et délicat au niveau du chant, de la guitare et des claviers d’ailleurs, le chant de Raphaëlle et les arpèges de guitare nous emportent clairement loin pour penser et réfléchir. Voilà une très belle composition posée dans un premier temps qui bien sûr, part dans les cieux avec force et puissance lorsque la musique se fait plus brute et là, on reconnaît le choix judicieux de proposer une alternance de tempos que l’on retrouve dans chaque morceau ce qui permet finalement d’allier mélancolie et violence :

Malheureusement pour moi et pour vous je l’espère, ce beau voyage musical s’arrête déjà avec cette dernière composition ”Back to strengh” mais je suppose…j’espère que nos amis de Metz n’en resteront pas là ! Sur ce je vous propose d’écouter ce dernier morceau qui garde le cap des débuts…alors bonne écoute et bonne découverte car cela en vaut la peine :

Line-up :
Adam Courtinot (basse, guitare et chant)
Lycaon (batterie)

Invités :
Raphaëlle Sauer (chant)
Rémi Constant (piano)

Pays: FR
Asso L’USINE/La Main Noire Studio
Sortie: 2019/04/27

https://www.facebook.com/Hangmoonband/

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!