ILIA – Ilia

118 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Voilà bien une artiste largement hors des sentiers battus, une femme Géraldine Cozier alias Ilia qui étonne par une démarche artistique très soignée et très fouillé aussi bien sur scène (je l’ai vue à deux reprises) que sur disque, c’est d’ailleurs ce qui nous intéresse plus particulièrement aujourd’hui. Mais revenons quelques instants sur les deux performances scéniques auxquelles j’ai pu assister, deux belles occasions de voir une artiste bourrée de talent, à la fois inventive et émotive repoussant les limites techniques jusqu’à utiliser tous les artifices vocaux, pour mettre en avant son timbre de voix très particulier comme sa capacité à construire des échos ou des bruitages vocaux tous aussi surprenants les uns que les autres. Un concert d’Ilia c’est un vrai spectacle de son et de lumière, de poésie et d’émotion aussi montrant une artiste à fleur de peau vivant jusque dans ses tripes et son cœur, son amour pour la belle musique.

Aujourd’hui c’est l’aboutissement d’un long chemin entamé je pense dès 2017 époque où, j’ai pu rencontrer pour la première fois cette bouillonnante femme pleine de vie et de passion, voilà donc enfin le moment tant attendu par l’artiste bien sûr mais aussi par tous ses fans (et il y en a) de pouvoir goûter et déguster ce premier album, véritable transposition personnelle de l’âme musicale de Géraldine construite sur un velours sonore transpirant l’émotion…la poésie…la féminité…à l’image de ces murmures me rappelant les tribus indiennes et ces tempos exotiques, ouvrant pour une voix douce et aérienne prête à vous percer le cœur. Percussions africaines (marimba) et refrains porteurs accompagnent ici une complainte lente et posée où, le trombone se fait ensuite entendre au sein d’un morceau qui rappelle toujours des ambiances indiennes mais aussi des atmosphères des îles.

On continue notre voyage initiatique et poétique avec le clip officiel “Il y a”, un chant accompagné de refrains colorés et d’une musique intimiste, la partie vocale prenant les devants pour proposer une chanson où l’on peut apprécier chaque mot, ces derniers choisis avec précision mais restons attentifs car la chanson est diablement courte :

Juste le fait de lire ce titre “La charmeuse de tympans” et vous êtes bercé d’office par la poésie, une nouvelle chanson intimiste où l’orchestration reste dans un cadre savamment calculé, permettant au travail vocal de toujours se mettre en évidence et forcément de porter vers l’avant cette si belle voix…une chanson qui prend ensuite du coffre et de la puissance tout en gardant en point de mire, la volonté de vous bercer par l’émotion. Parlons aussi des ambiances construites grâce à quelques instruments et toujours ce travail vocal complexe et travaillé ce qui prouve que sur disque aussi, Ilia cherche et cherche toujours la moindre possibilité, le moindre timbre de voix, le moindre jeu au niveau des harmonies vocales…le tout rendant son album personnel mais aussi très diversifié avec pour aboutissement, la réalisation d’un véritable voyage quelque part intimiste !

Côté orchestration et si on a souvent des relents exotiques, on perçoit aussi de nombreux passages néo-classiques voir encore des moments pop-folk, le tout joué avec une grande maîtrise et une grande finesse à l’image de ses claviers proposant des sons divers mais toujours aérés et légers.

Côté vocal que dire si ce n’est que la voix (les voix) de Géraldine Cozier reste comme dans mes souvenirs de concerts, chargée d’émotion et de sensibilité, offrant un véritable panel de timbres tous aussi cristallins les uns que les autres un peu comme un arc-en-ciel vocal ! Voilà donc un album hors du temps et de l’espace, destiné à s’évader au gré des murmures ou des mots chantés par une artiste largement hors-normes, qui fait honneur à la poésie, à la musique et finalement à l’art avec un grand A !

L’équipe :
Géraldine Cozier (chant, écriture et composition)
Nicolas Dechêne (guitare, guitalele)
eRno (piano, claviers, percussions, sons additionnels, orgue, basse, marimba…)
Etienne Plummer (batterie)
Barbara Mater-Terrada (Marimba)
Adrien Lambinet (trombone)
Didier Fontaine (batterie)
Margaret Hermant (violon)
Benoit Leseure (violon)
Nicole Miller (alto)
Annemie Osborne (violoncelle)
Imed Alibi (tambourin polyphonique)
Sofyann Ben Youssef (samples)

L’album :
“Road Song”
“Il y a”
“La charmeuse de tympans”
“Tu pars”
“Genoux”
“Sonne l’hallali”
“La brèche”
“D’ailleurs”
“La peau”
“Sens dessus dessous”
“Semaphore”

Pays: BE
Home Records
Sortie: 2019/09/20

https://www.facebook.com/iliaofficiel/

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!