INSOMNIUM – Argent Moon (EP)

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Ces derniers mois, les Finlandais d’Insomnium ont dû faire comme tout le monde : à la maison, pas de tournées, avec le choix entre se tourner les pouces tout en pensant au bon vieux temps ou préparer l’avenir avec l’entretien de quelques idées musicales continuant à définir la personnalité du groupe.

Markus Hirvonen (batterie), Ville Friman (guitare et chant), Niilo Sevänen (chant et basse), Jani Liimatainen (guitare) et Markus Vanhala (guitare) ont choisi de rester actifs sur le plan musical et ont eu l’intéressante idée de confectionner un EP allant un peu à rebrousse-poil par rapport au style traditionnel du groupe, un death metal mélodique devenu depuis 25 ans une référence en la matière. Car, oui, Insomnium fêtera l’an prochain son 25e anniversaire et il ne faudrait pas trop se rouiller dans la perspective des célébrations qui ne manqueront pas de marquer ce quart de siècle d’existence.

Ce sont peut-être les temps difficiles que nous vivons qui ont suscité toute la mélancolie qui règne sur les quatre titres de ʺArgent Moonʺ, l’EP récemment sorti chez Century Media. Insomnium met effectivement la pédale douce sur l’électricité et privilégie de nombreuses interventions acoustiques, au service de morceaux au rythme lent. Quand on sait ce qu’a pu faire le groupe sur ses derniers albums ʺOne for sorrowʺ (2011), ʺShadows of the dying sunʺ (2014), ʺHeart like a graveʺ (2019) et surtout son chef-d’œuvre ʺWinter’s gateʺ (2016), on prête immédiatement attention à cette nouvelle approche. Les gens d’Insomnium ont eu la bonne idée de ne faire que quatre chansons et de les laisser en pâture à leurs fans, afin de voir les réactions. On pourrait penser que cet EP est une transition annonçant un nouvel horizon musical pour Insomnium, peut-être un peu plus tenté par le calme et la douceur, à la place d’un death mélodique traditionnel.

On pose cette question tout en connaissant déjà la réponse, étant donné que les musiciens du groupe ont annoncé qu’ils comptaient bien taper dans le tas à nouveau à l’occasion de la préparation du nouvel album, pas encore programmé précisément mais déjà dans le planning d’Insomnium. En attendant, on peut donc profiter de cette pause consacrée à un métal pensif et tristounet, où c’est le nouveau guitariste Jani Liimatainen qui prend l’ascendant au chant en proposant plus de vocaux clairs que d’habitude, les grognements rugueux de Niilo Sevänen passant au second plan. Le groupe a retrouvé ses habitudes en studio, avec des collaborateurs de confiance comme Samu Oittinen qui a mixé les chansons et enregistré les parties de batterie dans son studio Fantom à Tampere, tandis que les autres instruments et les voix étaient pris en main par Teemu Aalto dans son studio de Kotka.

Le résultat est un envoutant quarté de chansons illustrant parfaitement la mélancolie nordique. Les guitares acoustiques de ʺThe conjurerʺ nous emmènent sur de grandes plaines froides. Un givre cristallin colonise nos cœurs sur ʺThe reticentʺ. Nous ruminons de sombres pensées sur les tempos ralentis de ʺThe antagonistʺ et nous sentons l’émotion monter peu à peu au fil des progressions de ʺThe wandererʺ vers des atmosphères toujours plus dramatiques. Insomnium peut même envisager son prochain album sous cette lumière blafarde, on adhère.

Le groupe :

Markus Hirvonen (batterie)
Ville Friman (guitare et chant)
Niilo Sevänen (chant et basse)
Jani Liimatainen (guitare et chant))
Markus Vanhala (guitare)

L’EP :

ʺThe Conjurerʺ (7:25)
ʺThe Reticentʺ (4:32)
ʺThe Antagonistʺ (5:03)
ʺThe Wandererʺ (6:11)

https://www.facebook.com/insomniumofficial/

Pays: FI
Century Media
Sortie: 2021/09/17

Laisser un commentaire

Music In Belgium