KARIBOW – MOnuMENTO

70 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Retour donc du projet de cet extraordinaire compositeur/chanteur/multi-instrumentiste allemand Oliver Rüsing, qui nous revient en cette fin d’année 2018 avec un nouveau volet de l’aventure Karibow et donc, ce double-album ”MOnuMENTO” (un concept comme toujours) où il a une fois de plus invité pour l’occasion toute une pléiade de grands artistes. En effet on trouve aujourd’hui à ses côtés John Young (Lifesigns), Michel St-Père (Mystery) ou encore Hayley Griffiths…et la liste est en fait non exhaustive ! Deux CDs donc avec d’une part des compositions qui constituent le squelette de ce ”MOnuMENTO et d’autre part, une seconde galette plus complexe et plus technique qui constitue le penchant plus expérimental de cet album. Un peu comme pour l’”Holophinium” de 2016 qui avait fait grand bruit lors de sa sortie, le musicien allemand présente à la fois les versions “abouties” mais aussi, toutes les autres pistes musicales trouvées lors des session d’enregistrement, un choix qui me semble intéressant pour tous ceux qui veulent se plonger plus en profondeur dans l’esprit créatif de l’artiste.

Sur ce plongeons nous donc d’abord dans la première galette qui démarre par la chanson titulaire du coffret avec dès le départ, les habituelles programmations mais aussi le chant haut-perché d’Oliver associé ici à un rock toujours chatoyant et complexe, qui montre ici de jolis passages funky (guitare) mais encore des moments plus atmosphériques auxquels l’artiste nous a habitué depuis plusieurs albums. On reste donc dans ce néo-progressif dont l’artiste a le secret avec encore évidemment de très beaux passages à la guitare, une batterie efficace et finalement un mixage son et donc un enregistrement de qualité où l’on perçoit chaque instrument ! J’ai parlé de programmations et en effet les bruitages et pistes atmosphériques foisonnent à nouveau à travers un funky-progressif accessible et qui plaira encore une fois à un large public puis le saxophone et l’orgue arrivent alors pour un très beau passage posé…retour du funky-rock entraînant pour une plage titulaire Made in Karibow.

J’ai parlé de cette belle guitare et bien la revoilà déjà sur le second morceau, une composition entraînante et accessible à laquelle Oliver Rüsing nous a habitué car ici, on retrouve cette fluidité et cette légèreté qui permet à tout un chacun d’écouter avec plaisir le travail de l’artiste allemand à travers son projet musical. ”The Raining Silence” nous force à taper du pied et s’engouffrer dans l’univers d’Oliver où, la guitare part encore une fois vers un très beau passage aérien et fluide. Piano et sonorités électroniques ouvrent ensuite pour un morceau temporisé où, les voix s’entrecroisent (masculine et féminine) et ce avec un très bel effet vu le très beau timbre de Hayley au sein d’un morceau quelque peu futuriste vu l’utilisation de sons de synthés. Puis le tempo funky-rock revient à nouveau nous entraîner à bouger et à dandiner du chef.

Au final cette première galette fait corps avec tout ce qu’a réalisé Oliver depuis près de trois ans, un néo-progressif fluide qui mélange rock, funk et même néo-classique grâce à une orchestration recherchée pleine d’inventivité et qui fait à chaque fois mouche auprès de notre auditoire. Pour ce premier volet j’accorderai facilement un beau 9/10, puisqu’il s’approche de près des grandes réalisations de l’artiste.

Passons donc à cette seconde galette décomposée en deux parties avec d’une part ”A Fairy Tale” (26 minutes) comportant 6 parties distinctes avec tout d’abord un prélude ouvrant vers un néo-classique et bien évidemment de nouvelles programmations qui nous emportent grâce à une orchestration posée et donc classique. On garde pour suivre les instruments classiques qui construisent avec la batterie et des sonorités futuristes la “musique d’Oliver” en mode calme puis, le chant et l’orchestration monte alors en force. Notons malgré tout ces coupures un peu brusques entre les différentes parties qui pourraient surprendre sinon, on retrouve finalement la même démarche que sur ”Holophinium” avec deux facettes aussi intéressantes à découvrir. S’ensuit d’autre part ”Crusader” (20 minutes) comportant alors 4 parties avec ici aussi un prélude en guise d’introduction, avec toujours ce savant mélange de musique néo-classique et néo-progressive atmosphérique.

Au final Oliver Rüsing avec son projet Karibow garde le même chemin qu’il a choisi d’emprunter depuis plusieurs excellents albums, celui de construire un néo-progressif complexe et fouillé où, le résultat musical garde quoiqu’il arrive cette même fluidité et cette même accessibilité. Certains pourraient lui reprocher de rester dans un même canevas pour ma part, cela me convient car j’adore ce qu’il fait…j’espère vous aussi. Même si on est déjà début 2019, c’est pour moi un indispensable de 2018 !

Pays: DE/GB/CA
Autoproduction NIK-AYCD0022
Sortie: 2018/10/10

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!