KHYMERA – Master of illusions

6 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Formé à l’origine en 2003 par le guitariste producteur Daniele Liverani de façon à accueillir le chanteur américain Steve Walsh du fameux groupe Kansas, Khymera s’est débarrassé du progueux texan dès le premier album éponyme en 2003 pour accueillir à partir du deuxième album ʺA new promiseʺ (2005), le bassiste Dennis Ward (de Pink Cream 69) qui avait aussi une vocation refoulée de chanteur.

Après la sortie de l’album ʺThe greatest wonderʺ (2008), il semble que Dennis Ward ait continué la discographie de Khymera sans l’aide de Daniele Liverani et de ses acolytes Dario Ciccioni (batterie) et Tommaso Ermolli (guitare). En effet, sur l’album ʺThe grand designʺ (2015), on retrouve Denis Ward entouré de Michael Klein (guitare), Eric Ragno (claviers) et Felix Bohnke (batterie), remplacé depuis par Pete Newdeck.

Le nouvel album de Khymera, comme les précédents, met en valeur les talents vocaux du bassiste Dennis Ward, dont la voix adolescente ne trahit même pas ses 52 printemps. Adolescent est bien l’adjectif qui qualifie le hard FM des albums de Khymera, dont ʺMaster of illusionsʺ se situe dans la droite ligne des précédents. On a affaire ici à un hard rock mélodique typiquement eighties, dans la veine Y&T, Def Leppard, Warrant, White Lion, Giuffria, Icon et autres groupes sympathiques qui affolaient les blondes peroxydées en collants roses et les poseurs permanentés en Spandex dans les clubs de fitness californiens en 1985-88. C’était au temps où Los Angeles losangelait, avant que la tornade grunge ne vienne briser ce beau rêve couleur fraise.

Les hommes de Khymera nous ont composé ici un petit florilège de titres mélodiques, généreux en énergie, charmeurs et enthousiastes, à la production nickel et enjôleuse. Que l’on transite par ʺWalk awayʺ, ʺThe first timeʺ, ʺParadiseʺ, ʺAfter all this timeʺ ou le final ʺLet it happenʺ, on a toujours l’impression d’être dans les mêmes ambiances, avec un chant rutilant, des chœurs léchés, de beaux solos de guitare et – important à souligner – pas de trace de slow romantique pour midinette enamourée. C’est du beau produit, déjà entendu des centaines de fois mais ce genre de disque, c’est comme un bon film de l’inspecteur Harry : on sait à quoi s’attendre et on n’est pas déçu car le cahier des charges hard FM a été coché sur toutes les cases.

Le groupe :

Dennis Ward (chant et basse)
Michael Klein (guitare)
Eric Ragno (claviers)
Pete Newdeck (batterie)

L’album :

ʺWalk Awayʺ (4:03)
ʺThe First Timeʺ (4:22)
ʺMaster Of Illusionsʺ (4:28)
ʺThe Sun Goes Downʺ (4:34)
ʺParadiseʺ (4:12)
ʺThe Rhythm Of My Lifeʺ (3:59)
ʺFollow The Sunʺ (4:37)
ʺFather To Sonʺ (4:31)
ʺAfter All This Timeʺ (3:52)
ʺVictim Of Your Loveʺ (3:45)
ʺLet It Happenʺ (5:06)

https://www.facebook.com/KhymeraTheGrandDesign/

Pays: IT
Frontiers Music
Sortie: 2020/03/06

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!