KITCH – New strife lands

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Nous sommes à Villeurbanne, banlieue lyonnaise, au milieu des années 2010, à regarder quatre jeunes gens parler musique dans les couloirs d’une école de musique. Adrien Maillet (claviers), Thomas Loureiro (batterie), Léopold Riou (guitare, chant et basse) et Dany Boutin (guitare, chant et basse) avalent énormément de musique, dans des genres divers, ce qui contribuera à fabriquer leur style foncièrement original.

Le quatuor forme donc Kitch, dont on va vite s’apercevoir que le nom est très mal porté. Il n’y a en effet rien de kitsch dans la musique complexe et déroutante mise au point par ce groupe capable de tout jouer. Le groupe sort un premier EP ʺHengerʺ en novembre 2018, révélant une appétence certaine pour un post-punk à la fois caverneux et aérien, également traversé par des préoccupations électroniques et progressives.

Juste avant la pandémie de 2020, Kitsh émet son premier album long format, un ʺCalameʺ qui approfondit les concepts naviguant entre rock lourd, électronique oppressante, dance music désincarnée, le tout fouetté par une tension névrotique palpable. Les hommes de Kitch développent une énergie créative qui leur est propre, jouant sur tous les registres du sensible et n’hésitant pas à transcender les genres et les conventions.

Et nous voici arrivés au toujours difficile deuxième album, que Kitch semble aborder avec une facilité stupéfiante. Le groupe cherche ici à entrer toujours plus profondément dans la logique de sa musique, abordant des thèmes davantage liés aux angoisses, à l’épanouissement toujours confronté aux peurs de l’inconnu. Bref, il parle de la vie comme la conçoivent les personnes sensibles. Autant dire que les vendeurs de voitures d’occasion, les représentants en chaussettes et les managers de multinationales inhumaines ne comprendront pas grand-chose à la profondeur et aux interrogations livrées dans cet album.

D’autant qu’il faut une bonne dose d’ouverture d’esprit pour être sans cesse chahuté d’ambiances à d’autres. On sent en effet passer des réminiscences des Liars (ʺEtambotʺ), de Xiu Xiu (ʺCharismatikʺ) tout en glissant dans les plaines du rock alternatif des Nineties (ʺTrippyʺ, qui donne des leçons d’inspiration à ces vieux rabougris de Red Hot Chili Peppers, humiliés une deuxième fois avec le métal funky de ʺAbsent againʺ). Les péripéties heavy rock sont encore bien présentes sur le puissant ʺMac IIʺ, qui blinde l’espace sonore sous des rythmiques martiales et un chant menaçant.

Mais comme nous sommes ici dans le domaine de la versatilité la plus totale, il faut aussi se préparer à retomber soudainement dans des ambiances plus folk (ʺCould beʺ) ou littéralement hantées de piano romantique (ʺSyzgysieʺ), sans oublier une pop chagrine pas éloignée de Radiohead (ʺThe only one solutionʺ). Le nombre impressionnant de morceaux de cette épopée sonique (dix-sept !) est encore une démonstration de la palette large sur laquelle Kitch est capable de naviguer.

On ne va pas se voiler la face, Kitch réalise ici un disque impressionnant, à découvrir absolument.

Le groupe :

Adrien Maillet (claviers)
Thomas Loureiro (batterie)
Léopold Riou (guitare, chant et basse)
Dany Boutin (guitare, chant et basse)

L’album :

ʺÉtambotʺ (01:47)
ʺAnytimeʺ (04:28)
ʺCrackyʺ (04:16)
ʺCharismatikʺ (03:26)
ʺCoursiveʺ (02:00)
ʺStolen Cageʺ (03:16)
ʺPalanʺ (01:00)
ʺTrippyʺ (06:17)
ʺEmbellieʺ (01:26)
ʺCould Beʺ (03:57)
ʺSyzygieʺ (03:54)
ʺThe Only One Solutionʺ (04:02)
ʺCabanerʺ (00:39)
ʺAbsent Againʺ (03:21)
ʺMac IIʺ (02:18)
ʺGuindeauʺ (00:25)
ʺÉtraveʺ (04:35)

https://atantreverduroi.bandcamp.com/album/kitch-new-strife-lands
https://www.facebook.com/KITCHofficiel/

Pays: FR
A Tant Rêver du Roi Records
Sortie: 2022/05/08

Laisser un commentaire

Music In Belgium