L.A. GUNS – Checkered past

0 Shares
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

La longue carrière de L.A. Guns, débutée en 1983, a connu bien des épisodes, entre arrivées et départs de membres importants (le guitariste fondateur Tracii Guns et le chanteur Phil Lewis, pour ne pas les nommer), retours, remplacements multiples (huit chanteurs, dont Axl Rose resté dans le groupe quelques semaines en 1984, treize guitaristes, onze bassistes, six batteurs, dont Steve Riley qui avait réussi à tenir près de vingt ans) et des vagues de succès (les années 1986-90), vite suivies de périodes de vaches maigres, surtout après le départ de Tracii Guns en 2002. Ajoutez à cela le développement de deux L.A. Guns dissidents (celui de Steve Riley et celui de Tracii Guns) et on se retrouve avec un sacré foutoir quand il s’agit de reconstituer la carrière de ce groupe.

Depuis 2017, pourtant, les choses semblent s’être calmées et l’horizon s’est ouvert, grâce au retour de Tracii guns, qui a abandonné son anti-groupe pour retrouver son vieux complice Phil Lewis, qui avait fait tenir la baraque L.A. Guns avec du scotch et des aiguilles pendant près d’une quinzaine d’années. Avec l’arrivée du bassiste Johnny Martin en 2017 et l’aide du batteur Shane Fitzgibbon (remplaçant Steve Riley, parti au moment même du retour de Tracii Guns, ça sent le conflit de personnalités), L.A. Guns avait retrouvé la route de la rédemption avec son très bon ʺThe missing peaceʺ. Puis, avec l’arrivée d’Ace Von Johnson à la guitare rythmique, le groupe a retrouvé un miraculeux alignement de bonnes étoiles qui lui ont permis de commettre un excellent ʺThe devil you knowʺ en 2019, à la brillance confirmée par un tout nouveau ʺCheckered pastʺ tout aussi époustouflant.

Oui, ça cartonne toujours pour L.A. Guns, qui a profité de l’éloignement de la scène à la suite de la crise sanitaire pour se pencher avec sérieux sur ce nouvel album qui casse tout. Je pense qu’il va falloir étudier les effets du confinement sur la bonne forme créatrice des groupes de rock. Il semble que les artistes sont moins fatigués du fait qu’ils ne tournent pas intensivement et ils ont donc l’esprit plus clair pour trouver de bonnes idées de riffs ou de compositions. On peut en tous cas faire établir cette conclusion pour L.A. Guns qui signe ici un de ses disques les plus frappeurs.

Du début à la fin, c’est une suite de coups au but qui prennent les tympans en otage et mettent les cervicales à rude épreuve. La température est déjà très haute au moment où on reçoit le premier morceau ʺCannonballʺ en pleine poire. Le rythme est poussé au maximum, les pneus crissent sur le bitume, les motos sont parties à un rythme d’enfer. La chevauchée des pistons se poursuit sur le racoleur ʺBad luck charmʺ et ses chœurs virils sur les refrains. Le triplé gagnant est confirmé quand se pointe ʺLiving right nowʺ, qui tient toujours l’album en tension maximale. Heureusement, on évite la crise cardiaque quand L.A. Guns nous autorise un petit repos avec la ballade ʺGet alongʺ, cristallisée à la Led Zeppelin. Comme on a vraiment sauté de partout au début de l’album, une autre ballade poignante ʺIf it’s over nowʺ permet de ralentir un peu le pouls.

Mais c’est promis, les petites ballades sont suspendues et la deuxième partie du disque repart dans la puissance maximale avec un gros ʺBetter than youʺ, qui va révéler un riff de génie dans sa section centrale. Là, on comprend que les gens de L.A Guns ont placé la barre très haut, d’autant que les pièces excitantes n’ont pas terminé de défiler. On se prend encore un ʺKnock me downʺ princier, prélude à un ʺDogʺ lancé comme une boule de feu. La dernière ballade ʺLet you downʺ est magnifiquement intense et elle aère l’atmosphère d’un disque qui va continuer à flinguer jusqu’au bout avec ʺThat ain’t whyʺ et sa grosse rythmique velue à la Guns n’Roses et un final ʺPhysical Itchʺ au tempo lent et épais, façon Black Sabbath.

Phil Lewis vient de fêter ses 65 ans, alors que Tracii Guns attaque son 57e printemps. Il faudra bien découvrir un jour le secret de cette éternelle jouvence, d’autant que ces gens n’ont pas toujours tourné au Vichy-fraise. Mais nous, les auditeurs, nous pouvons aussi oublier le Vichy-fraise pour essayer le dernier album de L.A. Guns comme meilleur moyen de soigner nos articulations et nos organes fatigués après les fêtes de fin d’année. À commencer par une course de fond jusqu’au prochain disquaire pour mettre la main sur cette pépite.

Le groupe :

Tracii Guns (guitare)
Phil Lewis (chant)
Johnny Martin (basse)
Ace Von Johnson (guitare)
Scot Coogan (batterie)

L’album :

ʺCannonballʺ
ʺBad Luck Charmʺ
ʺLiving Right Nowʺ
ʺGet Alongʺ
ʺIf It’s Over Nowʺ
ʺBetter Than Youʺ
ʺKnock Me Downʺ
ʺDogʺ
ʺLet You Downʺ
ʺThat Ain’t Whyʺ
ʺPhysical Itchʺ

https://www.lagunsmusic.com/
https://www.facebook.com/L.A.GunsOfficial/

Pays: Us
Frontiers Music
Sortie: 2021/11/12

Laisser un commentaire

Music In Belgium