LALU – Paint the sky

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Vivien Lalu est tombé tout petit dans le rock progressif puisqu’il est le fils de Noelle et Michel Lalu, qui étaient dans les années 70 membres du groupe progressif français Polène. Il forme le groupe portant son nom en 2003 et deux ans plus tard, le premier album ʺOniric metalʺ voit le jour, avec Joop Wolters (guitare et basse), Ryan Van Poederooyen (batterie), Martin LeMar (chant), Vivian Lalu se concentrant sur les claviers. Ce premier disque est grandement accueilli par la critique et termine même album du mois dans le magazine Rock Hard à l’époque.

Après avoir collaboré avec le groupe Shadow Gallery sur son album ʺDigital ghostsʺ, travaillé avec Lazlo Jones sur son premier album et écrit la bande originale du film ʺSeuls twoʺ pour le compte de la Warner Bros., Vivien Lalu retourne à son groupe en 2013 et concocte l’album ʺAtomic arkʺ avec Martin LeMar, le bassiste Mike LePond (Symphony X), le guitariste Simone Mularoni (DGM) et le batteur Virgil Donati (Planet X, Steve Vai, Allan Holdsworth). Cet album, fort bien goûté par les amateurs de rock progressif à l’ancienne, fait l’objet d’une tournée où Lalu se produit dans un nombre limité de salles. Le concert final est enregistré et fait l’objet de l’album ʺLive at P60ʺ, sorti en 2015.

Quelques années passent et on retrouve Vivien Lalu plus inspiré que jamais pour la suite des événements, avec ce troisième album ʺPaint the skyʺ qui fait son entrée dans le catalogue du label italien Frontiers Music. Pour cet album, Vivien Lalu a mis la main sur le chanteur Damian Wilson (Arena, Headspace, Threshold). Il retrouve également son compère Joop Wolters (guitare et basse) et le batteur Jelly Caldarelli. Mais c’est avec le choix des invités qu’on se rend compte que Vivien Lalu a voulu mettre la barre très haut sur cet album : Jordan Rudess (Dream Theater), Jens Johansson (Stratovarius), Simone Mularoni (DGM), Steve Walsh (Kansas), Tony Franklin (Roy Harper, The Firm, Jimmy Page, Paul Rodgers, John Sykes’ Blue Murder, David Gilmour, Kate Bush, Whitesnake), Simon Phillips (Jeff Beck, Gary Moore, Michael Schenker, Bernie Marsden, Jon Lord, Nik Kershaw, Mike Oldfield, Judas Priest, Mike Rutherford, Tears for Fears, 10cc, The Who, Toto) et l’incontournable Alessandro Del Vecchio, secouriste en chef du label Frontiers.

Ces invités prestigieux n’interviennent en général que sur un morceau mais ça se remarque. ʺPaint the skyʺ affirme sans ambages ses ambitions de grandeur et marque facilement des points dans ce domaine. On a ici la sève du prog canal historique pur jus, avec des ambiances qui rappellent Yes, Saga ou Marillion. Personnellement, quand j’entends le mot Marillion, je sors le bazooka lourd et je fais feu sans sommations. Désolé, c’est comme ça, ce sont les goûts et les couleurs mais je ne contesterais en aucun cas aux amateurs de Marillion la légitimité de leur goût envers ce groupe. Ici aussi, c’est pareil, Lalu donne dans le grandiose, le super technique, la démonstration de force. C’est peut-être un peu trop pour certains mais ceux qui aiment ce genre de prog ultra démonstratif vont adorer. Avalanches de claviers, chant de gnome castré à la naissance, batteur à huit bras, chœurs ficelés au petit poil, respiration rythmique puissante, solos de guitare léchés et énergie sophistiquée constituent le menu de cet album, d’où on peut extraire ʺReset to presetʺ, ʺPaint the skyʺ (avec Steve Walsh au chant), le jazzy ʺStanding at the gates of hellʺ, le feutré et complexe ʺThe chosen onesʺ, le délicat mais néanmoins athlétique ʺWe are strongʺ comme morceaux marquants de cet album.

Comme je l’ai déjà dit, ce disque est prog à mort, surdimensionné, altier comme ce n’est pas possible mais dans le genre, il percute et il enchante. Allez, je vais noter large, ce n’est pas vraiment mon style préféré de musique mais ici, Lalu rassemble suffisamment d’hommes de talent pour marquer les esprits avec un disque qui est sans doute le plus abouti de sa carrière.

Le groupe :

Damian Wilson (chant)
Jelly Cardarelli (batterie)
Joop Wolters (guitare et basse)
Vivien Lalu (claviers)

Les invités :

Jens Johansson (claviers)
Alessandro Del Vecchio (claviers)
Steve Walsh (chant)
Tony Franklin (basse)
Jordan Rudess (claviers)
Simone Mularoni (guitare)
Simon Phillips (batterie)

L’album :

ʺReset to Presetʺ
ʺWon’t Rest Until the Heat of the Earth Burns the Soles of Our Feet Down To the Boneʺ
ʺEmotionalisedʺ
ʺPaint the Skyʺ
ʺWitness to the Worldʺ
ʺLost In Conversationʺ
ʺStanding At the Gates of Hellʺ
ʺThe Chosen Onesʺ
ʺSweet Asylumʺ
ʺWe Are Strongʺ
ʺAll of the Lightsʺ
ʺPaint the Skyʺ (version instrumentale)

https://www.facebook.com/vivlalu

Pays: FR
Frontiers Music
Sortie: 2022/01/21

Laisser un commentaire

Music In Belgium