LONG SHADOWS DAWN – Isle of wrath

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Mais que devient donc Doogie White? C’est une question qu’on est légitimement en droit de se poser, après tout, comme celles sur le devenir de l’humanité, l’assassinat de Kennedy, l’interprétation des notices de montage des meubles IKEA, les risques de disparition du rhinocéros blanc ou l’existence de Dieu. Eh bien, à la différence des problèmes que l’on vient de citer, sur les dernières nouvelles de Doogie White, on a une réponse : il vient de monter un nouveau projet appelé Long Shadows Dawn avec le guitariste suédois Emil Norberg. Il y a quand même des certitudes dans ce monde sur lesquelles on peut se raccrocher.

Pour ceux qui ne se souviendraient pas qui est Doogie White, ou qui oseraient même ne rien savoir de son existence, rappelons que ce désormais sexagénaire anglais s’est fait connaître du grand public en rejoignant le fameux Rainbow en 1995 sur l’album ʺStranger in us allʺ, qui est toujours à l’heure actuelle le dernier album en date du groupe de l’ombrageux Ritchie Blackmore. Auparavant, Doogie White évoluait dans un petit groupe de hard rock appelé La Paz et venait de faire un album avec Midnight Blue en 1995 lorsqu’il fut repéré par Ritchie Blackmore, le temps d’un album et une tournée. Et après, le bon Doogie n’a en fait jamais lâché le micro puisqu’il a régulièrement trouvé des emplois dans de nombreux groupes, parmi lesquels Chain (1997), Cornerstone (2000-2007), Yngwie Malmsteen’s Rising Force (2002-2005), Praying Mantis (2003), Empire (2007), Rata Blanca (2009), Tank (2010-2012), Demon’s Eyes (2011-2015), Michael Schenker’s Temple of Rock (2011-2016), Come Taste The Band (2018), Michael Schenker Fest (2018-2019), sans oublier un album solo (2011) et des collaborations comme Doogie White & La Paz (2011-2016) ou John Steel & Doogie White (2017).

L’homme a donc un cahier des charges bien rempli et c’est avec joie et bonne humeur qu’il s’attaque à ce nouveau projet Long Shadows Dawn avec le guitariste Emil Norberg qui, à la différence de son partenaire, est toujours resté ben tranquillement planqué dans ses deux groupes Savage Circus (de 2004 à 2014) et surtout Persuader, un combo power metal qu’il rejoint en 2001 après le premier album et avec qui il commet quatre albums supplémentaires, dont le dernier et excellent ʺNecromancyʺ, sorti en 2020 chez Frontiers.

Frontiers, le mot est prononcé : c’est bien évidemment sur le fameux label italien que Doogie White et Emil Norberg ont échangé leur sang sur une feuille de papier appelée contrat afin de mettre au point cet album ʺIsle of wrathʺ. Qui dit Frontiers dit classic rock pêchu, hard rock mélodique, glam metal ou hair metal et qui dit Doogie White dit Rainbow. Ces associations d’idées mènent immanquablement à un disque qui va suinter du Rainbow par tous les pores et personne ne s’en plaindra à l’écoute des très bonnes chansons qui jalonnent cette galette riche en décibels chatoyants, en solos d’orgues herculéens, en parties de guitares chromées à chaud. ʺDeal with the preacherʺ, ʺRaging silenceʺ, ʺOn wings of angelsʺ viennent tendre le tissu des manches de T-shirts avec du biceps durci, ʺStar ridersʺ, ʺMaster of illusionʺ ou le très bon ʺSteeltownʺ continuent de secouer le cocotier tandis que ʺHell hath no furyʺ ou ʺNever wrote a love songʺ viennent mettre un peu de miel dans cette décoction essentiellement à base de testostérone de taureau. C’est du vieux taureau blanchi sous le harnais mais ça reste quand même du taureau, qui donne encore des coups de cornes sur les toujours sympathiques ʺWhere will you run to?ʺ et ʺWe don’t shoot our woundedʺ. Doogie White chante comme un vieux cabotin geignard mais toujours séduisant, tandis qu’Emil Norberg semble tout faire, puisqu’aucun autre musicien n’est crédité sur cette production.

On est donc rassuré, Doogie White est toujours en forme, comme le prouve la très bonne tenue de ce nouvel album, dont on pourrait espérer une suite, si ça veut rire.

Le groupe :

Doogie White (chant)
Emil Norberg (guitare)

L’album :

ʺDeal With the Preacherʺ
ʺRaging Silenceʺ
ʺOn Wings of Angelsʺ
ʺStar Ridersʺ
ʺHell Hath No Furyʺ
ʺMaster of Illusionʺ
ʺHallelujah Brotherʺ
ʺSteeltownʺ
ʺNever Wrote a Love Songʺ
ʺWhere Will You Run To? ʺ
ʺWe Don’t Shoot Our Woundedʺ

https://www.facebook.com/LongShadowsDawn/

Pays: GB
Frontiers Music
Sortie: 2021/08/06

Laisser un commentaire

Music In Belgium