MAJOR PARKINSON – Chapter 1 : Velvet Prison

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Après une courte intro la machine progressive et cinématique se met en route, pour une formation ayant débuté son écriture et ses compositions dès 2009 avec derrière elle déjà, de nombreux albums et nombreux singles à son actif. Supposons donc que nous sommes face à une formation d’expérience proposant ici près de 17 compositions au sein d’un album où, l’on perçoit un timbre de voix grave me rappelant avec émotion le grand Nick Cave qui s’accompagne au début d’un piano classique puis plus loin, la composition s’ouvre et s’illumine d’un point de vue musical mais surtout parce que la voix monte en puissance :

Belle entrée en matière d’autant plus que ce premier morceau touche de près l’univers du grand artiste australien que j’adore alors, espérons que la suite soit du même tonneau avec pour suivre, une musique toujours en phase avec le progressif et surtout la cinématique. Un rock au son moderne apporté par les nappes de synthés où, un chant féminin s’accorde à un électro-rock entraînant apportant ainsi une autre coloration vocale au timbre grave et masculin du début…les deux voix s’associent en fait au sein d’une composition au tempo bien balancé et donc accessible pour tous :

Sachez qu’il y aura en fait plusieurs interludes entre les compositions soit agrémentées d’un piano classique ou d’un extrait en public mais, revenons aux titres en bon et due forme avec toujours un travail moderne aux synthés et un chant masculin se faisant plus posé s’associant encore à une voix féminine pour offrir à l’auditeur un nouveau morceau attirant et bien rythmé reprenant des styles propres à l’électro-rock ou encore au classic-rock. Un travail qui jusqu’à présent et dans son ensemble est accessible pour un large public, puisqu’il touche l’univers de ce que l’on appelle le rock américain, un rock rond et mélodique qui effectivement devrait plaire à pas mal de monde. Grace à de nombreux passages où le chant et la musique se font velours, grâce à des interludes bien cadencés et en mode électro-rock, Major Parkinson devrait toucher plusieurs publics distincts :

En tout cas le groupe n’a pas oublié de revenir vers des compositions plus sombres et plus grave où, le chant masculin se fait plus intense et plus noir porté par une orchestration plutôt électronique et dense le tout renforcé par des chœurs bien calibrés comme pour l’extrait suivant :

Un album intense et plutôt atmosphérique dans sa globalité qui, monte souvent dans les hauteurs du moment que l’orchestration et le travail vocal prennent du volume et de l’intensité.

Jusqu’à présent le groupe norvégien nous offre un album d’une très grande richesse musicale où, l’on sent la recherche et le travail finement fait qui finalement s’accorde à merveille avec la préparation d’un concept-album et, c’est bel et bien le cas avec ici une alternance de courtes plages et de compositions réfléchies et complexes tirant vers un son résolument moderne et attrayant…vers un petit côté plus commercial !

La preuve avec ce dernier extrait qui s’élance à partir de synthés modernes rappelant la new-wave et l’univers électronique mais outre les divers morceaux proposés au sein de cette chronique, n’hésitez pas à vous référer au lien Bandcamp ci-dessous pour écouter l’ensemble des 17 compositions !

https://majorparkinson.bandcamp.com/album/valesa-chapter-i-velvet-prison

Pays: NO
Apollon Records/Plastic Head Distribution/Creative Eclipse PR
Sortie: 2022/10/07

https://www.facebook.com/majorparkinson

Laisser un commentaire

Music In Belgium