MEDIUM – Medium (EP)

5 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Le nom est simple à retenir, comme le titre du premier EP du groupe : Medium. Ici, pas de nom à quatre mots chers aux groupes de metalcore, pas de trucs compliqués extraits de la Bible ou du livre de recette de Jamie Oliver, Medium va à l’essentiel et sa musique aussi. On a affaire à un choc frontal entre du death metal radical et du punk hardcore gonflé au plutonium de concours. Ce jeune groupe argentin formé en 2017 largue ici son premier missile au-dessus de nos têtes et ça va faire place nette.

Le guitariste Sebastián Barrionuevo est une des têtes pensantes de Medium et il pratique aussi son acuité guitaristique dans des combos comme Avernal, FinDuMonde, JesusMartyr ou The Killing. Il est en outre un ancien membre de l’excellent groupe stoner Banda de la Muerte et a fait un passage chez Lobotomy, un des plus anciens groupes death de la scène métal extrême argentine, dissous en 2006. L’autre patron de l’affaire est le chanteur Lucien Anello, qui cultive quelques penchants pour le stoner dans Dragonauta (cinq albums en vingt ans) et a fait partie de Dead Rooster, un combo qui a tâté du doom, du black et du punk au cours de sa dizaine d’années d’existence.

Medium balance sa rage carnivore sur sept morceaux pour lesquels trois minutes représentent un opéra rock. On est ici dans du format tournant autour des deux minutes, le temps nécessaire pour tout aplatir sur son passage avec un mélange explosif de punk hardcore et de death metal inspiré des premiers moments d’Entombed. Les cavalcades de tyrannosaures s’enchaînent à toutes vitesses et donnent l’occasion de solos chauffés au rouge venant contrebalancer un chant de troll sous caféine. Ça fonce toutes haches dehors mais les tempos furieux laissent parfois la place à des ralentissements où la lourdeur se fait sentir un peu plus.

On se prend tout à la fois un lot de violence exacerbée, d’atmosphères inquiétantes et d’émotions chaotiques au cours de cet album court mais intense. Remercions encore une fois la maison Transcending Obscurity qui est allée chercher ces teigneux sur les rives de la Plata pour en révéler les brutales qualités au monde entier.

Le groupe :

Lucien Anello (chant et base)
Ramiro Gutiérrez (batterie)
Federico Ramos Mejía (guitare)
Sebastián Barrionuevo (guitare)

L’album :

ʺSkullcomet Sorceryʺ (03:49)
ʺMaximum Rampageʺ (02:11)
ʺEl Giganteʺ (02:27)
ʺBlack Future Patrolʺ (01:40)
ʺGargolaʺ (03:14)
ʺNight Visionʺ (01:59)
ʺRadiation Huntressʺ (02:57)

https://mediumgrind.bandcamp.com/

Pays: AR
Transcending Obscurity
Sortie: 2020/03/06

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!