MINDPATROL – Ikaria

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Sur la centaine de groupes de métal extrême qui ont officié au Luxembourg, seule une petite quarantaine est encore en activité. On y trouve un peu tous les sous-genres, du black metal au death metal en passant par des nuances plus mélodiques, du thrash metal et du progressif extrême, comme c’est le cas pour ce combo Mindpatrol, qui va nous intéresser ici. Ce groupe, qu’il ne faut pas confondre avec les Suisses de Mind Patrol, a été mis sur pied par le chanteur Luc François, qui est également écrivain de romans fantastiques. Mindpatrol est également lié de près au groupe Decipher, puisque quatre des cinq membres de Mindpatrol sont membres ou ont été membres de Decipher, qui occupe le même créneau death metal progressif/djent que Mind patrol.

Mais Mindpatrol devance largement Decipher dans la production discographique puisqu’il mène pour le moment quatre à un. C’est bien entendu Luc François qui sert de pourvoyeur de textes avec son talent littéraire mais il est aussi le seul membre survivant de la première formation mise sur pied en 2012 et qui s’est pour le moment acquittée des albums ʺDownfall theatreʺ (2013), ʺThe marble fallʺ (2015), ʺVulture cityʺ (2017 et ʺIkariaʺ (2021).

Ce nouvel album est tiré du roman du même nom écrit par Luc François. Seuls les germanophones confirmés pourront profiter du bouquin puisqu’il n’existe pour le moment qu’en langue allemande. Mais l’histoire est intéressante. C’est celle d’une ville futuriste, Ikaria, qui a décidé d’appliquer un contrôle mental sur sa population pour la faire penser droit, en dehors de tout mauvais penchant. Mais ce contrôle de la pensée a laissé de côté une jeune aveugle appelé Myra, qui va bien sûr organiser la résistance à l’oppression et préparer la révolte, car ce sont toujours les bons qui battent les tyrans à la fin.

Comme à son habitude, Mindpatrol met les petits plats dans les grands avec un album ambitieux qui dépasse l’heure de durée. Les deux premiers disques étaient déjà dans cette situation et le troisième atteignait la cinquantaine de minutes. Les Luxembourgeois proposent ici un album complexe, aux sonorités dures (on est quand même dans un mélange de death metal mélodique, de métal extrême progressif et de djent, le style alambiqué par excellence) mais souvent aérées par des passages plus éthérés (comme la plage titre ʺIkariaʺ qui se situe en milieu d’album). Le danger représenté par des albums trop longs se manifeste peu au cours du disque, qui est toujours relancé aux bons moments par des morceaux intéressants (ʺFreedom and the birdcageʺ, ʺTrial of a simple manʺ). Le style rappelle des influences comme Meshuggah, Fear Factory, Gorija ou Strapping Young Lad, qui sont quand même ce qu’il y a de mieux dans le genre. Mindpatrol fait ici preuve de maturité et d’habileté dans l’écriture de ses morceaux, même si la tonalité générale risque de ne pas trop plaire aux amateurs de rock progressif au sens habituel du terme.

J’ai repéré sur le Net quelques critiques assez sévères à l’égard de cet album ʺIkariaʺ et personnellement, je trouve qu’elles sont justement un peu trop dures envers ce disque qui a le mérite de mettre en avant un concept pour raconter une histoire et qui sait varier les ambiances dans un genre métallique dont le monolithisme est souvent le principal risque. De plus, Mindpatrol garde ses deux plus longs morceaux pour la fin de l’album, afin de donner plus d’ampleur à l’ensemble et de terminer dans des atmosphères plus subtiles (ʺGuiltʺ, ʺAfter I called the flameʺ). Donc, vraiment, il faut donner une chance à ce disque qui ne manque ni de personnalité ni de qualités.

Le groupe :

Luc François (chant)
Yann Weidig (guitare)
Romain Gruselle (batterie)
Miguel Gruselle (guitare)
Julien Barbarito (basse)

L’album :

ʺPorcelain Skinʺ (04:46)
ʺPermanent Solutionʺ (04:19)
ʺTo Raise another Wallʺ (03:53)
ʺStainless Whiteʺ (04:02)
ʺWhat the Birds Don’t Knowʺ (05:15)
ʺFreedom and the Birdcageʺ (05:12)
ʺIkariaʺ (03:17)
ʺUnsung Healing Songʺ (04:05)
ʺTrial of A Simple Manʺ (05:00)
ʺTerminusʺ (05:07)
ʺGuiltʺ (07:04)
ʺAfter I Called the Flameʺ (11:36)

https://www.facebook.com/mindpatrolband

Pays: LU
Green Zone Music
Sortie: 2021/06/04

Laisser un commentaire

Music In Belgium