NEMESEA – White Flag

12 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

C’est en première partie de plusieurs concerts de Stream of Passion que j’ai découvert et appris à apprécier la formation néerlandaise de métal symphonique et électronique Nemesea, emmenée à l’époque par l’excellente vocaliste Manda Ophuis. Le groupe arrive au sommet de son art en 2010-2011 avec la sortie de son troisième opus intitulé «The Quiet Resistance» qui accueille plusieurs artistes invités (notamment Charlotte Wessels de Delain, Matt Litwin et Marcus Klavan de BulletProof Messenger et Heli Reissenweber de Stahlzeit).

Le quatrième album du groupe, intitulé «Uprise», ne lui portera pas bonheur puisque le 1er août 2016, soit trois mois après sa sortie, la chanteuse Manda Ophuis annonce qu’elle arrête complètement la musique.

Les autres membres du groupes ne renoncent cependant pas à continuer et finissent pas trouver une chanteuse qui a la classe suffisante pour assurer la relève. L’heureuse élue s’appelle Sanne Mieloo et le groupe postera assez rapidement un premier titre avec sa nouvelle vocaliste, histoire de rassurer les fans.

«Dance In The Fire»:

Le groupe prend ensuite son temps pour peaufiner son cinquième opus, l’album de la renaissance intitulé «White Flag». Une occasion pour se redéfinir, se réinventer sans perdre ce qui avait fait l’âme du groupe, c’est-à-dire une base guitares-voix agrémentée de sons électroniques. On ne peut plus vraiment parler ici de métal, mais plutôt de rock alternatif. L’album bénéficie d’une production hyper soignée qui met particulièrement bien en valeur la voix exceptionnelle de la chanteuse que l’on a pu voir sur YouTube dans des univers musicaux aux antipodes de celui de cet album.

Les ambiances instrumentales parfois sombres tranchent avec la lumière qu’apporte la voix de Sanne. L’on est aussi frappé par le côté tantôt envoûtant, tantôt entraînant des mélodies.

«Fools Gold»:

 

«White Flag» est une réussite à bien des égards, après la baisse de régime constatée à l’album précédent : l’ensemble est composé d’une succession de 14 morceaux aux univers assez différents, alternant des moments plus agités («Rise») et des moments de grande douceur («Let This Be All»). Certains titres ne sont pas sans rappeler l’univers de Black Mirrors par exemple. C’est un album consistant où l’on découvre des détails nouveaux à chaque écoute, mais qui évite le piège des lourdeurs. La voix de Sanne a des ressources sans doute encore plus amples que celle de Manda, ce qui permet au groupe d’explorer d’autres choses. Et pourtant on retrouve aussi ce son si typique qui caractérisait les choeurs dans les albums précédents de Nemesea (à croire que c’est Manda qui fait les backup vocals). Bref, les fans ne seront pas déçu et l’album a un très fort potentiel de séduction vers un public nouveau. Reste à espérer que nous aurons rapidement de retrouver Nemesea sur une scène proche de notre plat pays.

À consommer sans modération

Le groupe :

  • Sanne Mieloo (chant)
  • HJ (guitare-chant)
  • Sonny Onderwater (basse)
  • Steven Bouma (batterie)
  • Mathijs van Til (claviers)

Liste des morceaux : 

  1. The Storm
  2. Kids with Guns
  3. White Flag
  4. Sarah
  5. Don’t Tell Me Your Name
  6. Fools Gold
  7. Ratata
  8. Nothing Like Me
  9. Lions
  10. Heavyweight Champion
  11. Rise
  12. Let This Be All
  13. Sayonara
  14. Dance In The Fire

Le site officiel de Nemesea
La page Facebook officielle de Nemesea

Pays: NL
Napalm Records
Sortie: 2019/08/23

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!