NEW PRIMALS – Horse girl energy

7 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Dès le premier contact visuel avec cet album des New Primals, on sent que ça va chauffer. Le nom de l’album, tout d’abord, fait penser à une marque de boissons énergisantes ultra-caféinées qui permettent de faire la fête toute la nuit ou d’assommer un grizzly à mains nues. Ensuite, l’image de la pochette, avec ce fond rouge violent, cramoisi comme une muleta de toréador, profond comme le sang que ce disque promet de faire couler.

Et pour le contenu, on a le plaisir de vous annoncer que tout est raccord par rapport au contenant. Les New Primals assènent un noise rock furieux, nourri au hardcore, avec des morceaux courts et explosifs, impitoyables. Dix titres, vingt-neuf minutes, ça nous met la durée de chanson à moins de trois minutes en moyenne. Trois minutes, c’est le temps qu’il faut pour faire sauter un commissariat de police avec un canon lourd, c’est le temps qu’il faut pour envoyer dans l’autre monde à la mitrailleuse une classe d’étudiants boutonneux d’une université américaine. Et toute cette violence ultime va être multipliée de la sorte une dizaine de fois au cours de cet album.

Sam Frederick (chant, guitare), Eric Nordling (basse), Ali Terveen (basse et chœurs) et Lars Oslund (batterie) n’en sont pas à leur coup d’essai. Ce groupe de Minneapolis formé en 2016 avait déjà commis un EP ʺWraithʺ en 2017, dix minutes de furie dont la plage titulaire a été à nouveau sélectionnée pour son premier album long format. Musicalement, ce petit trio hargneux sème la terreur sonore sur les traces de grands anciens, des Black Flag, Flipper, Fugazi ou Unsane qui leur enseigné des réflexes destructeurs tout à fait salvateurs.

Les New Primals lâchent sur nos tympans meurtris des chansons hachées, cassées dans leurs structures rythmiques et magnifiquement énervées. Chant hurlé, tons menaçants, charcutage de guitares et épilepsie rythmique marquent pour le compte des titres comme ʺBlood & waterʺ, ʺComa fiendʺ, ʺWraithʺ, ʺModern loverʺ, ʺBreak/Fall/Rotʺ ou le terminal ʺTightropeʺ qui fait journée portes ouvertes dans la rôtisserie. Ce petit disque saignant est sorti en mars, il a mis du temps à arriver sur notre table mais une chose est sûre : maintenant qu’on peut à nouveau fréquenter les disquaires, courez vous procurer une copie de ʺHorse girl energyʺ et vous n’aurez plus jamais besoin de Red Bull pour escalader le Mont Blanc sur les genoux.

Le groupe :

Sam Frederick (chant, guitare)
Eric Nordling (basse)
Ali Terveen (basse et chœurs)
Lars Oslund (batterie)

L’album :

ʺBlood & Waterʺ 4:30
ʺA Beast with Two Backsʺ 2:59
ʺWax Poetsʺ 3:01
ʺComa Fiendʺ 1:55
ʺWraithʺ 1:58
ʺHorse Girl Energyʺ 1:33
ʺModern Loverʺ 3:21
ʺSoft Bulletʺ 3:46
ʺBreak/Fall/Rotʺ 2:30
ʺTightropeʺ 3:36

https://newprimals.bandcamp.com/album/horse-girl-energy-2
https://www.facebook.com/newprimals/

Pays: US
Learning Curve Records
Sortie: 2020/03/20

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!