OSLO TAPES – Staring at The Sun Before Goin’ Blind

0 Shares
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Malgré son patronyme, Oslo Tapes n’est pas norvégien, mais italien. La géographie n’est manifestement pas le seul domaine dans lequel il aime brouiller les pistes. La définition de son style musical en est un bon exemple.  Le communiqué de presse qui accompagne le CD promo décrit l’affaire comme un […] Mirage auditif de confusion et d’inquiétude…, mêlant Post/Art/Kraut/noise et introspection […].Comprenne qui pourra. Quant à la page Bandcamp du groupe , elle n’est non plus d’une grande aide puisqu’elle nous conseille seulement d’imaginer Oslo Tapes comme une jam session interstellaire entre des cosmonautes qui seraient chacun isolés dans leur propre capsule spatiale.

Commençons par dépatouiller un peu cette énigme sonore en présentant les protagonistes du projet. Le personnage central de l’aventure s’appelle Marco Campitelli. Il est l’auteur et l’arrangeur de chansons (et probablement le chanteur, bien que ce fait ne soit pas clairement mentionné sur la bio).

Staring at The Sun Before Goin’ Blind“, qui est le quatrième album à sortir sous patronyme d’Oslo Tapes, a été produit (et co-écrit) par Armaury Cambuzat, le guitariste fondateur du combo Post-Rock français Ulan Bator (NDR : connu pour avoir travaillé avec le groupe expérimental/krautrock teuton Faust). Les autres musiciens impliqués dans le projet sont Nicola ‘Kaouenn’ Amici, aux guitares, synthés et percussions, Mauro Spada à la basse, Davide Di Virgilio à la Batterie, Stefano Micolucci à la Basse et à la contrebasse et Frederico Sergente aux Percussions.

Côté musique, vous ne trouverez pas ici de quoi réveiller un headbanger ou même un matou au sommeil fragile. (NDR : des titres de chansons comme “Ethereal Song” ou “Somnanbulists Daydream” devraient vous mettre sur la voie au moment de mesurer le niveau de stress généré par les compositions). Hormis le trip ‘House/’Dance” du titre “Rejet Yr Regret“, tout (ou presque) semble voguer sur une mer d’huile ou, plus probablement flotter en orbite autour de la planète. Ceci dit, si une forte augmentation des palpitations cardiaques n’est pas l’unique chose qui vous motive au moment d’écouter de la musique, le voyage sonore est plutôt enivrant. Entres les rythmiques hypnotiques, les sonorités synthétiques envoutantes, les délires psychédéliques, les structures alambiquées, les emprunts au jazz et à la fusion, il n’y a aucune place pour l’ennui.

L’album sortira en version vinyle chez Echodelick Records (USA) et Sound Effect Records (Grèce), tandis que Grazil Records (Autriche) s’occupera des versions CD, cassette et numérique. Quel que soit le support choisi, essayer Oslo Tapes, c’est l’adopter. Vous êtes prévenus.

L’album :

  1. “Gravity” (6’03)
  2. “Ethereal Song” (6’38)
  3. “Déjà Neu” (5’56)
  4. “Reject yr Regret” (4’21)
  5. “Like a Metamorphosis” (5’24)
  6. “Middle Ground” (4’59)
  7. “Somnambullist’s Daydream” (5’35)
  8. “Staring at the Sun Before Going Blind” (7’12)

Le groupe

  • Marco Campitelli – Chant, composition
  • Nicola ‘Kaouenn’ Amici – Guitare, synthés, percussions
  • Mauro Spada – Basse
  • Davide Di Virgilio – Batterie
  • Stefano Micolucci – Basse et contrebasse
  • Frederico Sergente – Percussions

Facebook

Pays: IT

Grazil Records / Promo Peyote

Sortie: 2023/12/01

 

Laisser un commentaire

Music In Belgium