PHENOMENA III – Innervision

4 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

1993. Six ans ont passé depuis la sortie de “Phenomena II – Dreamrunner”. Six années de galères et de frustrations au cours desquelles Tom Galley perd peu à peu la main sur le projet Phenomena.  De son propre aveu, c’est principalement le label qui dirige la sortie de “Phenomena III – Innervision”. Bien sur, Tom compose toujours la majeure partie de la musique et rédige les lyrics. Comme pour les deux albums précédent, ses textes basés sur une  histoire conceptuelle qu’il a écrite lui même. Plus d’horreur ni de Science-Fiction, cette fois, mais une histoire  de gangsters qui, apparemment, n’intéresse pas beaucoup le label. Comme il l’explique dans les ‘liner notes’, le début des années 90 est une période creuse pour l’artwork des albums. Exiguïté du format CD oblige, les labels ne portent plus vraiment d’attention à la beauté des pochettes et aux détails des livrets. L’artwork choisi par Tom Galley est délaissé au profit d’une prochette insipide, et rien, dans le livret, ne fait allusion au concept. Même le titre “Innervision” n’est pas celui qui avait été choisi par le compositeur.

Côté Musiciens, c’est aussi un peu la débandade. Mel Galley (Whitesnake) qui soutenait son frère à la composition et aux guitares depuis la conception du projet au début des années 80, n’est plus de la partie. Les musiciens qui étaient présent depuis le premier album ont tous quitté le navire : bye bye Neil Murray, Glenn Hughes et Richard Bayley.  Du lineup qui avait mis en boite “Dream Runner”, il ne reste plus que le batteur Michael Sturgis (Wishbone Ash, Asia, etc.), le claviériste Leif Johansen (A-Ha) et le guitariste Scott Gorham (Thin Lizzy).  Alors que l’album précédent était mené par les vocalises de quatre chanteurs de renom (Glenn Hugues, Max Bacon (GTR), Ray Gillen (Black Sabbath, Badlands)  et John Wetton (Asia, King Crimson)), “Phenomena III – Innervision”, revient à la formule du chanteur unique. Bien qu’il ne soit pas tout à fait un inconnu (NDR : il a été l’un des choristes du chanteur pop anglais Cliff Richard et de Mike Oldfield et a chanté sur l’album le plus orienté FM de Mama’s Boys (Growing Up the Hard Way”, 1987) Keith Murrel ne possède pas l’aura de ses illustres prédécesseurs et son nom n’est pas tout à fait de ceux que l’on imprime fièrement sur un sticker pour attirer l’acheteur potentiel. Ce rôle, apparemment, est dévolu à Brian May et ce, même si ce dernier n’a rejoint le projet que par hasard, puisqu’il enregistrait un album de Queen dans le même studio que celui dans lequel “Phenomena III – Innervision”   était mis en boite et qu’il a accepté, par amitié pour Scott Gorham, de poser des solos de guitare sur deux des titres de l’album.

Malgré tout cela, “Phenomena III – Innervision” s’en sort plutôt avec les honneurs. Bien sûr, cette troisième plaque n’est pas tout à fait aussi originale que les deux premières. Beaucoup moins “personelle”, elle est  quand même de qualité supérieure à la moyenne des productions Rock Mélodique de l’époque. Côté musique, Tom Galley a totalement remisé au placard ses ambitions progressives. Essentiellement orientée AOR/Rock FM, elle marche sur les plates-bandes de pointures du genre telles que Russ BallardLoverboy, Stan BushDare ou Aldo Nova et aurait probablement fait un carton quelques années plus tôt, de l’autre côté de l’Atlantique.

La réédition “définitive” parue en décembre 2018 est entièrement remastérisée et agrémentée, pour la toute première fois, de l’arwork qui avait été choisi originellement par Tom Galley et ignoré par son label. Outre les liner notes, le livret reprend tous les textes de l’album et quelques photos inédites prises en studio.

Un album sympathique et agréable à écouter, mais qui n’est indispensable que si vous possédez déjà les deux premiers volets et que vous désirez compléter votre collection.

L’album (45’07)

  1. “Rock House” (4’17)
  2. “Banzai” (4’39)
  3. “What About Love” (5’01)
  4. “Into The Fire” (4’26)
  5. “A Whole Lot Of Love” (5’39)
  6. “Secret Of Love” (3’57)
  7. “If You Want To Rock” (4’20)
  8. “How Much Do You Love Me?” (4’00)
  9. “Shape It Up” (3’41)
  10. “Rock My Soul” (5’03)

Les musiciens :

  • Tom Galley : Textes, musique
  • Keith Murrel : Chant
  • Scott Gorham : Guitares
  • Michael Sturgis : Batterie
  • Marius Müller : Guitares et choeurs
  • Brian May : Guitares
  • Leif Johansen : Claviers/Sampling

Pays : GB

Explore Rights Management PHEN-3-CD

Sortie : 2018/12/01

Site Officiel : Phenomena

 

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!