PULCINELLA – Ca (ça)

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Formé à Toulouse en 2004 le groupe Pulcinella aura traîné ses baskets dans de nombreux milieux musicaux comme le jazz, le rock, la musette (ou bal musette comme on disait dans le temps) voir l’avant-garde pour pouvoir offrir des histoires musicales et des images colorées. Depuis 15 ans le quartet nous propose à travers des instruments comme la batterie, le saxophone, la contrebasse et l’accordéon, un mixe qui mélange funk…jazz…musique des Balkans…électro et même du rock-progressif pour créer une musique polymorphique et aux frontières des limites (borderline comme on dit). Sachez encore que le groupe aura participé à de nombreux prestigieux festivals et ce, à travers le Monde et donc dans de nombreuses contrées comme l’Angleterre, la France, le Honduras, le Guatemala, la Moldavie, le Tadjikistan…

Cet album est une nouvelle étape musicale et offre donc une galerie pleine de mutations sonores composées de nombreux effets mais bon assez parlé, venons-en donc à cet opus avec un démarrage en fanfare, c’est le cas de le dire au sein d’une drôle de cacophonie électro-jazzy rappelant d’ailleurs les vieux jeux électroniques pour ensuite se tourner vers le jazz-fusion ou le jazz d’avant-garde :

Il s’ensuit une composition plutôt temporisée, offrant il me semble une belle orchestration dans un créneau proche d’une ballade-jazzy où percussions et saxophone nous bercent avec délicatesse même si la fin semble plus agitée :

En tout cas il est clair qu’ici les musiciens sont au fait d’une utilisation bien dosée et surtout très technique de leur instrument respectif avec par exemple, ce beau travail à la batterie et aux percussions, idem pour l’orgue ou encore le saxophone mais en fait, c’est le cas pour chaque instrument ici transcendé à travers un résultat sonore et instrumental respirant à la fois la technique et la recherche. Je vous laisse d’ailleurs écouter cette composition qui, reflète bien mes propos ci-dessus :

Un travail qui me rappelle à la fois de nombreuses productions du label liégeois Home Records mais aussi, les prestations auxquels j’ai souvent assisté lors des diverses éditions du Festival d’Art de Huy avec ici aussi, un mélange de musique classique et de musique traditionnelle mais avec aussi, un regard vers l’expérimentation ou l’improvisation touchant ainsi le jazz-fusion et le jazz d’avant-garde. Techniquement irréprochable, cet album est fait pour tous ceux qui apprécient le beau travail aux instruments, les mélomanes en quelque sorte et les autres aussi…

L’album:
“Salut ça va ?”
“Ici hélas”
“L’ivresse des profondeurs”
“Chaleur”
“Ta mère te regarde”
“Qu’est-ce qu’on attend ?”
“Première séance”
“La cachette”
“J’ai caressé le chien du douanier”
“Liquide”

Le quartet:
Ferdinand Doumec (saxophones, flûtes, melodica)
Florian Demonsant (accordéon, orgue)
Jean-marc Serpin (contrebasse)
Pierre Pollet (batterie et percussions)

Pays: FR
BMC Records
Sortie: 2020/03

https://www.facebook.com/pulcinellamusic/

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!