RED FANG – Arrows

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Figure modeste mais réellement douée de la scène internationale stoner metal, Red Fang traîne sa carcasse de festivals en festivals depuis une quinzaine d’années, égrenant avec parcimonie des albums qu’il faut néanmoins prendre la peine d’écouter. Solide dans ses bottes avec une équipe inchangée depuis sa création en 2005, ce combo de Portland dans l’Oregon a ainsi mis sur le marché cinq albums ʺRed Fangʺ (2008, association de ses deux premier EPs sortis en 2006 et 2007), ʺMurder the mountainsʺ (2011), ʺWhales and leechesʺ (2013), ʺOnly ghostsʺ (2016) et ce nouveau ʺArrowsʺ.

ʺArrowsʺ bénéficie pour la quatrième fois consécutive du grand label Relapse et les gens de cette boutique ont un goût sûr puisque ce nouvel album de Red Fang est tout simplement à tomber par terre. David Sullivan (guitare), Aaron Beam (basse et chant), Bryan Giles (guitare) et John Sherman (batterie) nous avaient déjà habitués à un stoner metal solide et bourru sur leurs précédents disques mais ici, il semble avoir été touchés par la grâce des grandes divinités métalliques.

Le groupe retrouve son producteur des premiers temps, Chris Funk, qui avait produit ʺMurder the mountainsʺ et ʺWhales and leechesʺ. L’homme a toujours été pieusement écouté par Red Fang et il apporte ici une touche intéressante en suggérant les ambiances les plus étranges de l’album, entre sonorités introductives et liaisons entre les morceaux. Les compositions sont de leur côté admirablement inspirées. Le groupe est allé écouter de près les Melvins, Fatso Jetson ou High On Fire avant de coucher sur la partition des chansons d’un impeccable force.

L’ambiance de l’album est toute dans la puissance, le tourment, avec ce disque parcouru de titres sinueux, rageurs et mélancoliques, tenus par la basse d’une incroyable robustesse. Les bonnes idées fusent de partout, les morceaux ne sont jamais les mêmes et ils frappent pourtant entre les yeux à chaque coup, que ce soit dans son introduction anxieuse (ʺTake it backʺ), ses lourdeurs en mid-tempo (ʺUnreal stateʺ, ʺArrowsʺ), ses charges hardcore rapides (ʺMy disasterʺ, ʺTwo highʺ), qui sont une magnifique mise en jambes pour la suite.

Car ce qui paraît en milieu d’album confine au fantastique. ʺAnodyneʺ passe à la vitesse supérieure avec ses lignes de basse envoutante, ouvrant la marche à une série de titres qui tiennent en haleine : ʺFonzi schemeʺ et sa section de violons, ʺDays collideʺ et sa tristesse gluante, ʺRabbits in hivesʺ qui hache tout sur son passage ou l’enfermement mental évoqué par ʺWhyʺ. On est achevé à coups de pinces chauffées au rouge avec le manège infernal de ʺDr. Owlʺ ou la baffe rock ‘n roll finale assénée par ʺFuneral coachʺ.

Red Fang retrouve ici un niveau d’inspiration et de puissance que l’on trouvait sur les deux premiers albums. Ce retour vers les forces primitives fait un bien fou. Et on ne fait pas que se jeter contre les murs en écoutant cet album, on peut aussi découvrir de nombreuses subtilités qui rendent les écoutes chaque fois plus captivantes. Du bel ouvrage.

Le groupe :

David Sullivan (guitare)
Aaron Beam (basse et chant)
Bryan Giles (guitare)
John Sherman (batterie)

L’album :

ʺTake It Backʺ 2:00
ʺUnreal Estateʺ 5:09
ʺArrowsʺ 3:53
ʺMy Disasterʺ 1:56
ʺTwo Highʺ 3:54
ʺAnodyneʺ 3:35
ʺInterop-Modʺ 1:02
ʺFonzi Schemeʺ 4:13
ʺDays Collideʺ 5:44
ʺRabbits in Hivesʺ 1:36
ʺWhyʺ 3:08
ʺDr. Owlʺ 3:33
ʺFuneral Coachʺ 3:25

https://redfang.bandcamp.com/album/arrows
https://www.facebook.com/redfangband

Pays: US
Relapse Records
Sortie: 2021/06/04

Laisser un commentaire

Music In Belgium