REIJA, Xavi – The Sound Of The Earth

4 Participations

Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

“Batteur hors-pair, redoutablement technique, un ravissement pour l’oreille”, etc., etc.   Si vous êtes l’un des nombreux fans inconditionnels du style musclé – mais tout en finesse – du batteur Jazz-Rock catalan Xavi Reija et qu’en ouvrant cette chronique vous espériez lire ce genre de choses, je vous demande pardon à l’avance pour ce qui va suivre. Je vous conseille même carrément de quitter ma prose énervée pour aller relire celle de mon ami François Becquart qui, en 2014, n’avait pas tari d’éloges au sujet de votre cogneur préféré lors de sa chronique de l’album “Resolution”.

Oh. Vous êtes restés ? Tant pis pour vous, pour Xavi, et pour moi. Car la suite de cette chronique ne sera agréable pour personne. Bien sur, je ne vais pas remettre en question le talent et la dextérité de Xavi Reija et des trois musiciens qui l’accompagnent. Je n’ai pas les reins assez solides. D’autant que les musiciens question ne sont autres que le ‘bass-hero’ américain Tony Levin (Peter Gabriel, King CrimsonLiquid Tension Experiment, Stick Men, etc.), excusez du peu, le multi-instrumentiste allemand Markus Reuteur (Stick Men, centrozoon) et le guitariste/soliste serbe (résidant en espagne) Dusan Jevtovic, dont le nom a été cité à de nombreuses reprises la rubrique chroniques de notre webzine au cours des cinq dernières années.

Si je comprends les bribes d’informations parcimonieusement imprimées sur la pochette du CD, les quatre virtuoses se sont réunis un beau jour du mois d’aout 2016 dans un studio New Yorkais afin d’y mettre en boite les 76 minutes d’improvisations instrumentales présentées sur “The Sound Of Earth”. L’affaire fut emballée en une journée à peine ; c’est à dire en beaucoup moins de temps qu’il ne m’en a fallu pour ingurgiter la plaque et la ruminer à six reprises avant de vous régurgiter ces quelques lignes.  Si, comme on l’imagine, cette session d’échanges sonores et de démonstrations dithyrambiques (présentée comme un mélange de Jazz et de Progressif) fut hautement jubilatoire pour ces talentueux musiciens, elle ne ressemble pas à autre chose, pour le commun des non-musiciens dont je me targue de faire partie, qu’à une cacophonie rébarbative. Entre les ‘moments forts’ où chacun tente d’imposer sa vision de la musique en solitaire tout en s’accordant sur son voisin et les passages soporifiques où chacun fait du bruit en attendant que l’autre lance une idée, j’avoue ne pas vraiment savoir ce qui m’ennuie le plus. Tout, probablement.

Je vous l’avais dit. Vous auriez dû partir après le premier paragraphe.

L’album (76’53)

  1. « Deep Ocean » (6’42)
  2. « The Sound Of The Earth I » (9’54)
  3. « From Darkness » (7’33)
  4. « The Sound Of The Earth II » (12’14)
  5. « Serenity » (5’50)
  6. « The Sound Of The Earth III » (9’14)
  7. « Lovely Place » (4’41)
  8. « The Sound Of  The Earth IV » (16’36)
  9. « Take A Walk » (4’11)

Le Groupe :

  • Xavi Reija: Batterie
  • Toni Levin: Basse, contrebasse, chapman stick
  • Markus Reuter: Touch guitar
  • Dusan Jevtovic: Guitare

La toile :

Pays : ES

MoonJune Records MJR094

Sortie 2018/11

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!