CD/DVDChroniques

3 INCHES OF BLOOD – Long Live Heavy Metal

0 Shares
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

3 Inches Of Blood est né au début du millénaire en Colombie-Britannique (NDR : en clair pour celles et ceux qui ont zappé les cours de géographie : ils viennent du sud-ouest du Canada). Mais peu importe après tout puisque le quintette n’est clairement pas à sa place de l’autre côté de l’Atlantique. S’il y avait eu un peu de justice en ce bas monde, 3 Inches Of Blood serait né il y a vingt-cinq ou trente ans en Europe et il aurait cassé la baraque.

Comme l’indique clairement le titre de son nouvel opus “Long Live Heavy Metal”, 3 Inches Of Blood s’est fixé pour but de perpétuer la tradition du Heavy Metal véritable. Il y parvient en mixant adroitement N.W.O.H.M. et power métal contemporain.

Le fédérateur “Metal Woman”, idéalement placé en ouverture de la plaque, pourrait d’ailleurs devenir l’hymne métallique de la nouvelle génération. Son refrain impitoyable aurait mérité sa place sur le “Restless & Wild” d’Accept. La comparaison avec les ferrailleurs de la Ruhr n’est d’ailleurs pas innocente, puisque Cam Pipes, le frontman du combo canadien, est un hurleur à l’ancienne dont les cordes vocales réussissent l’improbable fusion entre le timbre râpeux d’Udo Dirkschneider (UDO, ex-Accept) et le coffre ultra-puissant de Rob Halford (Judas Priest).

Le ‘Priest’ et ‘Accept’ apparaissent, au fil des écoutes, comme deux des influences principales de la formation. Il suffit de jeter une oreille aux déflagrations “Painkiller”iennes et “Fast As A Shark”iennes que sont “Leather Lord” et “4000 Torches” pour en être convaincu. Les joutes de guitares jumelles donnent aussi à penser que le gang de Vancouver trouve quelques-unes de ses racines chez Iron Maiden et Thin Lizzy.

Comme beaucoup l’ont fait avant lui, 3 Inches Of Blood se fend d’un hommage à Ronnie James Dio. Mais contrairement à certains autres, celui des canadiens (“Look Out”) est vraiment réussi grâce, notamment, à des lyrics qui incluent quelques-uns des thèmes chers à Dio et aussi à une musique qui se ballade dans les diverses époques de sa carrière (NDR : un riff heavy ‘Sabbathien’ et un solo guitare/clavier très inspiré du Rainbow de la grande époque).

Seuls les deux instrumentaux (semi) acoustiques “Chief and The Blade” et “One For The Ditch” font un peu office de ‘bouche-trou’ et n’ont pas vraiment leur place dans ce contexte d’un album de heavy métal pur et dur. Dommage.

Si vous avez apprécié l’esprit du “The Book Of Heavy Metal” publié par les Suédois de Dream Evil en 2004, vous adorerez “Long Live Heavy Metal”.

Les titres (52’57) :

  1. Metal Woman (4’49)
  2. My Sword Will Not Sleep (4‘38)
  3. Leather Lord (3’58)
  4. Chief And The Blade (2’28)
  5. Dark Messenger (4’08)
  6. Look Out (5’30)
  7. 4000 Torches (4’16)
  8. Leave It On The Ice (3’35)
  9. Die For Gold (Upon The Boiling Sea IV) (4’03)
  10. Storming Juno (4’25)
  11. Men Of Fortune (7’35)
  12. One For The Ditch (3”31)

Le groupe :

  • Cam Pipes : Chant
  • Shane Clark : Guitares
  • Justin Hagberg : Guitares
  • Ash Pearson : Batterie
  • Byron Stroud : Basse

Pays: CA
Century Media
Sortie: 2012/03/26

Laisser un commentaire

Music In Belgium