MOLLAND, Joe – This way up

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

A l’occasion de la sortie du nouvel album de Joey Molland, Return to Memphis, qui rencontre d’ailleurs un joli succès, le label Gonzo Multimedia met sur le marché deux autres albums du dernier survivant du groupe Badfinger. L’un est une compilation de titres inédits et de chutes de studio datant de diverses époques et l’autre est ce “This way up”, album paru en 2001 et qui fut sans successeur jusqu’à la parution de “Return to Memphis”.

A l’époque, Joey Molland est impliqué dans sa carrière solo, qu’il a inaugurée en 1983 à la suite de la séparation de Badfinger, ou plutôt de sa déliquescence faute de combattants puisque le groupe autrefois protégé des Beatles et de leur label Apple vient de perdre son deuxième membre par suicide, Tom Evans, qui rejoint dans la mort Pete Ham, disparu en 1975. En solo, Joey Molland sort les albums “After the pearl” (1983), “The pilgrim” (1992), “Basil” (1998) et “This way up” (2001).

Nous avons eu l’occasion de dire du bien de l’album “Return to Memphis” dans une précédente chronique mais lorsqu’on écoute “This way up” (où il se fait appeler Joe Molland), on comprend pourquoi Joey Molland a mis du temps avant de lui trouver un successeur. En effet, on peut dire que “This way up” est un excellent album qui n’aurait pas pu être surpassé peu de temps après sa sortie. Joey Molland compose treize chansons impeccables, faites d’une power pop fluide et efficace, agrippant l’oreille du premier coup. Les ambiances sont variées et passent avec aisance de l’enthousiasme (“Mirrors”) à la mélancolie (“Moonlight”), avec des rebondissements rock qui relancent la machine juste quand il faut (“Three minutes warning”). Sur “When I was a boy”, on repère des paroles qui rappellent immanquablement le “She said, she said” des Beatles (“when I was a boy, everything was brighter”). Et c’est vrai qu’outre le lien qui unit Badfinger aux Beatles, de nombreuses choses dans cet album fleurent bon les envolées pop des Wings ou de George Harrison.

Les amateurs de power pop bien ficelée peuvent sans souci se laisser aller à cette belle surprise qu’est “This time up”, un album sans défaut, hormis la pochette, tout simplement affreuse. Mais un disque, c’est fait pour être écouté, pas regardé.

Pays: GB
Gonzo Multimedia
Sortie: 2014/01/27 (réédition, original 2001)

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!