RISING STEEL – Fight them all

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

A l’heure où les groupes de métal moderne hésitent en jouer du death metal, du black metal, du doom métal, du sludge metal funéraire ou du power metal brutal et technique, du metalcore, du deathcore et que sais-je encore, les gens de Rising Steel ont décidé de s’en tenir à la racine de la chose, à ce bon vieux heavy metal de type 1982, année qui précéda les débuts de la division cellulaire du métal traditionnel en chapelles multiples. Avec ces Grenoblois invincibles, la tradition, ça a du bon et c’est ce que démontre leur deuxième album ʺFight them allʺ.

C’est le label Frontiers Music qui signe le groupe pour son deuxième disque, un choix un peu étonnant de la part de la maison transalpine qui a en général l’habitude de nous proposer des groupes beaucoup plus mélodiques et certainement moins rugueux. Est-ce la proximité géographique entre la ville de Grenoble et l’Italie, juste séparées par les Alpes, qui a commandé ce choix ? Pas forcément, c’est peut-être tout simplement parce que les décideurs de Frontiers Music ont sans doute retrouvé leurs vingt ans en écoutant les maquettes fougueuses de Rising Steel, qui nous replonge effectivement dans la jouvence des années 80, quand la musique métal était encore pure et directe.

Emmanuelson (chant), Tony Steel (guitare), Steel Zard (batterie), Flo Dust (basse) et Mat Heavy Jones (guitare) n’en sont donc pas à leur coup d’essai et ont déjà dans leurs cartouchières l’EP ʺWarlordʺ (2015) et un premier album ʺReturn of the warlordʺ (2016), sorti sur le label label danois Mighty Music. Le boucan inspiré des premiers albums de Judas Priest, Iron Maiden, Manowar, Saxon, Riot, Hammerfall ou Armored Saint est suffisant pour séduire Frontiers Music, qui permet à Rising Steel de rayonner sur une aire géographique plus vaste. Le groupe s’est aussi fait la main sur scène avec des groupes comme Jaded Heart, Sister Sin, Nightmare, ADX, Nashville Pussy ou Annihilator et l’expérience acquise par certains membres (Emmanuelson est actif dans des groupes de la région Rhône-Alpes depuis 1993), permet à Rising Steel d’aller droit au but et de faire régner l’ordre métallique avec une science acérée du riff bétonné et de mélodies épiques.

Avec lui, les guerriers vikings sortent de leurs villages enneigés pour fondre à nouveau sur les bourgades normandes, les dieux de la guerre forgent à nouveau des épées d’airain au fond des gouffres montagneux et les hordes de trolls montent à l’assaut en vue du Ragnarok pour nous redessiner la tronche à coups de gourdins cloutés. Ici, pas de dentelles, pas d’atermoiements, les guerriers de Rising Steel usent sans vergogne des grosses ficelles du heavy metal glorieux et nous servent des moments d’anthologie sauvage et rivetée sur des titres chocs comme ʺBlackheartʺ, ʺGloomy worldʺ, un impressionnant ʺMaleficeʺ, l’imparable ʺMetal nationʺ et en quelque sorte toutes les autres chansons du disque. Tout y est : chant impérial et brutal, montagnes de riffs pesants et massifs, rythmiques de galériens fouettés jusqu’au sang, ambiances de fin du monde et atmosphères guerrières. L’album pilonne du premier au dernier morceau, sans retenir son souffle, ne cédant rien à aucun moment. Il y a ici de quoi filer de sérieux complexes au vieux roi Saxon qui pourrait voir son trône bientôt renversé par ces Frenchies agités aux haches bien aiguisées.

Le groupe :

Emmanuelson (chant)
Tony Steel (guitare)
Steel Zard (batterie)
Flo Dust (basse)
Mat Heavy Jones (guitare)

L’album :

ʺMystic Voicesʺ (05:05)
ʺFight Them Allʺ (04:33)
ʺSteel Hammerʺ (06:05)
ʺBlackheartʺ (05:04)
ʺSavageʺ (04:56)
ʺGloomy Worldʺ (05:17)
ʺMaleficeʺ (05:07)
ʺMetal Nationʺ (05:29)
ʺPussyʺ (04:24)
ʺLed By Judasʺ (03:08)
ʺMaster Controlʺ (04:45)

https://www.facebook.com/risingsteelmetal/

Pays: FR
Frontiers Music
Sortie: 2020/09/04

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!