SERPENTYNE – Angels Of The Night

150 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Quatrième album déjà pour ce groupe dont nous ignorions pourtant tout il y a quelques jours encore. Formé à Londres en 2010 par la vocaliste Maggiebeth SandSerpentyne semble avoir fait ses premières armes dans le domaine de la musique celtique et du folk rock avant de prendre un virage plus métallique (et plus symphonique) sur son troisième album (NDR : “The Serpent’s Kiss“, paru en 2016 et réédité en 2018). Cette montée en puissance lui a permis d’élargir son audience et de tourner, entre autres, en compagnie de Tarja TurunenStratovarius et Soulfly.

“Angels Of The Night” est sorti le 21 novembre dernier sur le label Hell Fairy Records ; la nouvelle subdivision symphonique du label JBM Records. Se faire une place dans le milieu encombré du Metal Symphonique à chanteuse semble être une tâche de plus en plus hardue. Maggiebeth et ses sombres compagnons de route tirent leur épingle du jeu en optant pour une relative sobriété sonore. À la grandiloquence (souvent synthétique) des nombreux rejetons de Nightwish, Epica et consorts, Serpentyne préfère la sincérité des sonorités organiques (NDR : héritée, probablement, de son passé folk/celtique). Chez les Britanniques, le hurdy gurdy, la cornemuse et les percussions enrichissent les nappes de claviers symphoniques pour se marier à un Heavy Metal légèrement désuet, mais plutôt authentique.

De sa jolie voix opératique, Maggiebeth Sand conte avec passion ses histoires d’héroïnes féminines historiques, imaginaires ou mythologiques. Elle nous parle, par exemple, de “Boudicca” (NDR : Boadicée, en français ; la légendaire guerrière celtique qui mena la révolte contre l’envahisseur romain), de “Lady Macbeth” (NDR : la sombre épouse du roi d’Écosse dans la pièce de Shakespeare), de “Lady Serpentine” (NDR : la Méduse ou la Gorgone de la mythologie grecque) ou encore d’“Aphrodite” (NDR : la déesse grecque de l’amour).

Un brin différent du commun des sorties du genre. À tester si vous appréciez un soupçon de sonorités celtiques dans votre tasse de metal symphonique à chanteuse.

L’album (48’53)

  1. “Away From The World” (4’30)
  2. “Angel Of The Night” (4’51)
  3. “Lady Serpentyne” (6’24)
  4. “Follow Me” (3’36)
  5. “Lady Macbeth” (5’01)
  6. “Bring On The Storm” (4’06)
  7. “Aphrodite” (4’17)
  8. “Salvation” (3’40)
  9. “Seven Signs” (3’44)
  10. “Boudicca” (5’03)
  11. “The Call Of The Banshee” (3’40)

Le groupe :

  • Maggiebeth Sand : Chant
  • Lee Willmer : Guitares
  • Nigel Middleton : Basse, chœurs, chant (sur 6 & 9)
  • John Haithwaite : Batterie, chœurs
  • Vaughan Grandin : Cornemuse, chœurs

Les invités :

  • Anthar Khanara : Chant, percussions (sur 10 & 11)
  • Gerard Vaughan : Hurdy Gurdy (sur 2, 3, 5 & 10)
  • Mark Jenkins : Claviers (sur 9)

La toile : Site Officiel, Facebook, Instagram, Twitter, Bandcamp.

Pays: GB
Hell Fairy Records HFR-001
Sortie: 2019/11/21

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!