SPREAD EAGLE – Subway to the stars

83 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Trente ans d’existence, trois albums… Pas très productifs, les gens de Spread Eagle. Mais le fait d’avoir été séparé en 1995 et de revenir uniquement aux affaires cette année y est peut-être pour quelque chose dans la rareté des albums de ce groupe new-yorkais qui, à l’écoute de cet excellent troisième opus, aurait peut-être dû se reformer plus tôt pour faire plus d’albums de cette trempe.

L’aventure commence donc à la fin des années 80 dans les quartiers bouillonnants de New York City, quand un trio d’Italo-américains du nom de Paul DiBartolo (guitare), Rob DeLuca (basse) et Tommi Gallo (batterie), débarque dans la Grosse Pomme et rencontre le chanteur Ray West. Ils forment Spread Eagle qui ne tarde pas à se faire remarquer par les chasseurs de têtes du label MCA/Universal. Les choses vont alors très vite, avec un passage direct aux prestigieux studios Record Plant et la sortie du premier album produit par Charlie Gambetta. Ce premier album éponyme se place dans la tradition hair metal, mais avec une rudesse punk new-yorkaise qui aurait pu lui permettre d’inquiéter la domination sans partage de Guns ‘n Roses à l’époque. Cet album est à redécouvrir absolument car il révélait un groupe qui aurait pu devenir énorme. En 1993, le deuxième album ʺOpen to the publicʺ confirme tout le bien qu’il faut penser de Spread Eagle, décidément un rival dangereux pour les Guns ou Skid Row.

Et puis, plouf, c’est le plongeon vers une période d’inactivité qui va durer jusqu’en 2006, au moment où le groupe ressort des oubliettes sous l’impulsion de Ray West et Rob DeLuca (qui avait été bosser pour le compte de UFO et Sebastian Bach entretemps). Les nouveaux Ziv Shalev (guitare) et Rik De Luca (batterie) sont engagés mais aucune réalisation discographique ne voit le jour. Il faut attendre cette année pour que le quatuor daigne enfin retourner en studio et accoucher de ce nouveau ʺSubway to the starsʺ, repéré par le label Frontiers.

Avec ce nouvel album, Spread Eagle reprend en quelque sorte les choses où il les avait laissées 25 ans plus tôt. Il bosse sur ses nouveaux morceaux au Music Building de New York, c’est-à-dire exactement au même endroit où il avait composé son premier album. L’enregistrement a lieu au studio E à Brooklyn, sous la direction du producteur Tom Camuso, qui a quelques Grammy Awards dans les poches de son pantalon. Et le résultat est tout simplement bluffant. Avec l’expérience acquise, Spread Eagle a su conserver son énergie de jeunesse tout en adaptant son style aux évolutions récentes du hard rock. C’est ainsi que son album ne sonne pas comme une resucée des années 80, ce qui est souvent le cas pour des tas de groupes créés il y a plus de trente ans, mais il a su accaparer à son profit des sonorités stoner et heavy rock modernes.

C’est ainsi qu’on se prend entre les deux oreilles une magnifique charge de hard rock flamboyant, au son chaud et aux rythmiques véloces. Les étapes de la course s’appellent ʺSubway t the starsʺ, ʺ29th of Februaryʺ, ʺGrand Scamʺ, ʺMore wolf than lambʺ (dans une veine Alice In Chains/Soundgarden), ʺCut throughʺ, un magnifique ʺLittle Serpentinaʺ, un virevoltant ʺAntisocial butterflyʺ ou une fine ballade ʺSolitaireʺ en guise de final.

Un grand carton sur toute la ligne. Voilà un album qui ressuscite littéralement un groupe qui aurait mérité mille fois un peu plus de visibilité dans la grande histoire du hard rock américain. A ne pas rater.

Le groupe :

Ray West – Lead Vocals
Rob De Luca – Bass, Vocals
Ziv Shalev – Guitars
Rik De Luca – Drums, Percussion

L’album :

“Subway To The Stars”
“29Th Of February”
“Sound Of Speed”
“Dead Air”
“Grand Scam”
“More Wolf Than Lamb”
“Cut Through”
“Little Serpentina”
“Antisocial Butterfly”
“Gutter Rhymes For Valentines”
“Solitaire”

https://www.facebook.com/spreadeaglenyc/

Pays: US
Frontiers Music
Sortie: 2019/08/09

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!