STICK MEN – Owari (Featuring Gary Husband)

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Lorsque l’on parle du combo ou plutôt des Stick Men mais aussi du label Moonjune Records, on pense directement au rock-fusion ou au jazz-rock car ici, on est bel et bien en terres démonstratives souvent débordantes de technique puisque, c’est d’une part la volonté de cette maison de production mais aussi d’autre part la mise en évidence des grandes capacités des divers protagonistes présents sur le projet. En effet on retrouve une fois de plus ici deux vieux vétérans du grand King Crimson, c’est-à-dire Tony Levin (King Crimson, Peter Gabriel, Chapman Stick) et Pat Mastelotto (King Crimson) auxquels vient s’ajouter le guitariste Markus Reuter autre habitué du label américain et enfin en invité de marque, Gary Husband (Allan Holdsworth, Jack Bruce…)…que du beau linge pour je suppose un grand moment de rock-fusion technique !

Mais aussi manifestement la volonté d’aller vers un rock-progressif avec des narrations et des ambiances mystérieuses en tout cas pour lancer la machine qui, débouche sur un jeu subtil des instruments comme par exemple les percussions avec aussi le son du piano ou des claviers avec en sus, une guitare habitée ! Ici on est plutôt dans l’univers d’une session d’improvisation où, chaque protagoniste évolue librement au gré de son inspiration construisant ainsi, une ambiance expérimentale et peut-être déstabilisante pour certains ! Comme une sorte de laboratoire sonore (très beau travail de Gary aux claviers) servant de rampe de lancement pour la suite, à du rock-fusion auquel nous habitué le label et ses divers productions où, l’on sent forcément l’expérience de chaque musicien au sein d’une musique à la fois technique et inspirée qui, ravira tous les suiveurs du style. Notons qu’au-delà du classique trio guitare/stick/batterie que l’on a déjà eu l’occasion de découvrir, on découvre en plus la coloration plus aérienne apportée par les interventions de Gary aux claviers (piano, synthés, orgue) qui, s’associe parfaitement aux envolées psychédéliques de Markus avec en support, une section rythmique irréprochable. Notons encore que les incursions d’orgue offre alors une dimension plus jazzy (voir bluesy) à une musique instrumentale voguant effectivement entre jazz-rock et rock-fusion, le tout joué à un niveau extrêmement élevé et pointu.

On navigue ici entre divers courants musicaux comme le rock-psychédélique, le rock-progressif ou encore un jazz énergique, saupoudrés je suppose de beaucoup d’improvisations selon l’humeur du jour ou l’humeur de chaque protagoniste avec aussi bien sûr, moult démonstrations techniques à la batterie et aux percussions (merci Monsieur Pat) ou encore aux claviers et à la guitare…sans oublier le stick de Monsieur Tony que l’on pourrait entendre peut-être un peu plus mais, ce n’est qu’un avis personnel. Sinon et pour évaluer le contenu musical de cet opus, il correspond parfaitement à la philosophie du label Moonjune et de son mentor Leonardo Pavkovic avec ici encore, un rock-fusion technique de haut-vol qui ravira tous les suiveurs de cette mouvance. Du rock-fusion de très haute qualité !

L’équipe:
Tony Levin (Chapman, Stick, chant)
Pat Mastelotto (batteries acoustique et électroniques, percussions)
Markus Reuter (guitares et soundscapes)
Gary Husband (claviers)

L’album:
“Hajime (Peace)”
“Hide the Trees”
“Cusp”
“Lark’s Tongues in Aspic, Part 2”
“Schattenhaft”
“Crack in the Sky”
“Owari”
“Prog Noir”
“Swimming in T”
“Level 5”
“Bonus Track : The End of the Tour”

Pays: GB/US/DE
Moonjune Records
Sortie: 2020/10/01

https://www.facebook.com/stickmenofficial

Laisser un commentaire

Music In Belgium