SUBTERRAEN – Rotten human kingdom

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Actif dans la région de Nantes depuis 2017, Subterrean a rapidement trouvé preneur chez le label Transcending Obscurity pour sortir son premier album, et tout cela sans aucun préparatif ni démo ayant circulé durant des années avant de pouvoir se réfugier chez un label d’envergure. Si les têtes chercheuses de Transcending Obscurity ont signé les yeux fermés en bas de la page du contrat, c’est que les gaillards de Subterraen devaient bien avoir quelques atouts dans leur manche. De l’expérience d’abord, puisque parmi les trois fondateurs du combo, Chris KKP (alias Christopher Marconato, guitare et effets électroniques) et Clem Helvete (guitare et chant) avaient déjà sévi dans des formations doom et sludge metal atmosphérique auvergnates, parisiennes et bretonnes (Time To Burn, Huata, Owl Coven, pour ne pas les nommer). De la conviction ensuite, puisqu’il n’est pas difficile d’imaginer l’enthousiasme des dirigeants de Transcending Obscurity à l’écoute des terribles effets évocateurs du doom et sludge metal du premier album de Subterraen.

Le style brutal et poisseux de Subterraen renvoie immédiatement aux grands classiques du genre, tendance Iron Monkey, Conan et des petits princes plus récents comme Eremit ou Jupiterian. On reprend ici les graines tombées en dehors du champ et auparavant semées par les pionniers Electric Wizard ou The Obsessed pour les passer dans un moule transgénique et ainsi obtenir des développements d’une incroyable pesanteur, aidés par le rouleau compresseur d’une section rythmique ralentie à l’extrême, déployant des riffs gluants et énormes sur des durées de morceaux frôlant aisément le quart d’heure.

Les préoccupations intellectuelles de Subterraen portent à l’écriture de textes traitant des injustices sociales, de la défense de l’environnement ou du droit des animaux. Heureusement que les musiciens du groupe pensent quand même aux injustices sociales touchant le genre humain, car il eut été trop facile de défendre les arbres et les pandas sans se préoccuper du sort de nos frères humains passés par pertes et profits par le nouvel ordre mondial et ses folies destructrices. La préservation de la planète passe aussi par la défense de l’humanité, même si celle-ci y est pour beaucoup dans les problèmes de notre monde. Si les hommes des cavernes n’avaient pas mangé de la viande, ils n’auraient pas survécu aux grands froids et nous ne serions pas là, en train de profiter d’un album de sludge metal écrit par des végétariens. Il est vrai qu’à Nantes, on mange plutôt du poisson, c’est très bien aussi, mais gare à la surpêche!

Bon, on ne va pas se prendre le chou pour des histoires d’écologie quand il s’agit d’aborder Subterraen. Il est plutôt question ici d’avoir les tympans bien accrochés face aux riffs titanesques qui font trembler tous les murs et de se laisser emporter par trois compositions épiques absolument énormes qui composent cet excellent album de doom et sludge metal. C’est du traditionnel, mais ce sera toujours dans les vieilles marmites que l’on fait bouillonner les meilleures potions magiques. Vivement la suite !

Le groupe :

Clem Helvete (guitare et chant)
Chris KKP (guitare)
Milvus (batterie)

L’album :

ʺBlood for the Blood Godsʺ (13:28)
ʺFor a Fistful of Silverʺ (14:30)
ʺOceans are risingʺ (02:33)
ʺWrath of a Downtrodden Planetʺ (18:20)

https://subterraen.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/subterraen/

Pays: FR
Transcending Obscurity Records
Sortie : 2020/11/20

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!