SVIN – Introducing SVIN

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Un album qui a pour titre ʺIntroducingʺ devrait être le premier d’un groupe. Or, pour Svin, il n’en est rien puisque ce disque est le cinquième de sa discographie commencée en 2011. Mais comme ils ont enfin réussi à se présenter au bout de toutes ces années, on en conclura que les gens de Svin sont tout au plus de grands timides.

Timides, on ne sait pas, mais dans un autre monde, ça, c’est certain. Henrik Pultz Melbye (saxophone, clarinette, claviers), Lars Bech Pilgaard (guitare, claviers) et Thomas Eiler (batterie) ont développé une Weltanschauung musicale plus que particulière au cours de leurs albums ʺHeimatʺ (2011), ʺSVINʺ (2015), ʺMissionaerʺ (2016), ʺVirgin cutsʺ (2018) et l’album live ʺElegiʺ (2022), enregistré avec le collectif classique moderne Århus Sinfonietta.

Le credo de ce trio danois se situe aux confins du rock noisy, de paysages drone, de minimalisme new age et de psychédélisme afro-oriental déluré, s’inspirant de la nature, du folklore, des musiques cérémoniales et de l’avant-garde. Les fans d’Aerosmith, les amateurs de rock progressif bien balisé, les défenseurs d’Yvette Horner et les rockers sudistes vont être invités à dégager la place afin de ne pas sombrer dans la folie la plus pure lorsqu’ils entendront le dernier album de Svin.

Le groupe n’agit pas seul sur ce coup. Des complices invités ajoutent du piquant sur quelques titres de l’album. On débute avec le chanteur Bisse, alias Thorbjørn Radisch Bredkjær, qui a à son actif une quinzaine d’albums solos dans le domaine art rock. C’est la seule contribution vocale pour cet album entièrement instrumental. Mais ce qu’il fait sur ʺBønʺ relève de la performance délirante et allumée, avec une trame rythmique tribale pour rajouter de la folie à ce morceau hors-norme. On trouve aussi à la trompette un certain Kasper Tranberg, un musicien au CV impressionnant (Inner Urge, Delirium, Maria Faust Jazz Catastrophe, Lauer Large, Ok Nok…Kongo, The Universal Quartet, When Granny Sleeps), entièrement dédié à l’avant-garde jazz. Ce bonhomme pose son instrument sur ʺÅrringʺ et sur ʺPunklortʺ, le titre le plus démoniaque de tout l’album, une explosion thermonucléaire de punk électro, avec drum’n bass, jazz fusion et assauts de guitares qui compriment tout dans un gigantesque tunnel sonore. Le truc complétement dingo et génial.

La dernière invitée est Marie Eline Hansen (The Bleeder Group, Farkomplekset, Mit Nye Band, Sfu·ma·to, Traening) qui vient parler calmement et vocaliser sur le dernier morceau ʺDødsensangstʺ, exercice électro lounge jazzy et futuriste qui ajoute une couche supplémentaire à cet album étonnant à plus d’un titre. Parce qu’en dehors de ces quatre titres déjà extraordinaires, Svin nous sert aussi de puissantes pulsations rythmiques (ʺObeliskʺ), tricote de la boîte à rythmes en configuration minimaliste hantée par des claviers caverneux (ʺFrom withinʺ) ou envoute les esprits sur de longs morceaux chaotiques et inquiétants (ʺSnakeʺ, le lunaire ʺDeadweightʺ).

On a ici un excellent album gentiment parti en vrille, révélateur de l’inventivité du trio qui compose Svin. Si l’avant-garde et la bizarrerie sonore vous tentent, vous n’aurez aucun scrupule à vous plonger avec délice dans cet étrange disque.

Le groupe :

Henrik Pultz Melbye (saxophone, clarinette, claviers)
Lars Bech Pilgaard (guitare, claviers)
Thomas Eiler (batterie)

L’album :

ʺObeliskʺ (5:56)
ʺFrom Withinʺ (6:28)
ʺBønʺ (5:51)
ʺSnakeʺ (7:56)
ʺHerbalismʺ (4:04)
ʺÅrringʺ (3:03)
ʺPunklortʺ (2:31)
ʺDeadweightʺ (9:19)
ʺDødsensangstʺ (5:34)

https://svin.bandcamp.com/album/introducing-svin
https://www.facebook.com/SVINmusic/

Pays: DK
Tonzonen Records
Sortie: 2022/07/15

Laisser un commentaire

Music In Belgium