SWEET, Michael – Ten

6 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Michael Sweet est un chanteur très occupé. Celui qui anime le célèbre groupe de métal chrétien Stryper depuis 1985 a en ce moment plusieurs fers au feu. Outre Stryper qui a sorti son onzième album en 2018, Michael Sweet a récemment été vu auprès de George Lynch sur le deuxième album du duo en 2017, ʺUnifiedʺ. Et il faut aussi se souvenir que Michael Sweet a une carrière solo plus que copieuse puisqu’elle se chiffre actuellement à huit albums et deux EP depuis 1992. Et comme huit albums plus deux EP, ça fait dix, le nouvel album solo de Michael Sweet s’appelle fort logiquement et mathématiquement ʺTenʺ.

Rappelons-nous aussi que Michael Sweet étant le chanteur de Stryper, donc du métal chrétien, il ne perd jamais de vue les saintes écritures et son album ʺTenʺ ne veut pas seulement dire que celui-ci est le dixième de sa carrière mais il fait également référence aux dix commandements, sujet évoqué dans la chanson ʺTenʺ. Et le bon Michael a réuni sur cet album une impressionnante palette de disciples qui vont évangéliser nos tympans à coups d’éclairs et de trompettes de Jéricho : le chanteur Todd La Torre (Queensrÿche), le batteur Will Hunt (Evanescence), le bassiste John O’Boyle et les guitaristes Joel Hoekstra (Whitesnake, Night Ranger), Jeff Loomis (Arch Enemy, Nevermore), Marzi Montazeri (Exhorder, Philip H. Anselmo & The Illegals), Howie Simon (Alcatrazz), Ethan Brosch, Rich Ward, Tracii Guns (L.A. Guns), Gus G. (Firewind, Ozzy Osbourne) et Andy James. Chacun de ces messieurs vient participer à un ou deux des dix morceaux de l’album, auxquels il faut ajouter deux bonus, ce qui aboutit donc à douze, comme le nombre des apôtres, rien n’est laissé au hasard.

Musicalement, Michael Sweet a cédé à la tentation de donner dans un bon hard rock et heavy metal classique des années 80, faisant de cet album un bon moment énergique où on sent les hommages rendus à des demi-dieux de l’époque, comme Judas Priest, Dio, Iron Maiden et un petit côté Led Zeppelin pour les morceaux plus recueillis. Michael Sweet confesse qu’il a cherché à composer un album classique et musclé pour répondre aux demandes de ses fans, qui réclamaient du jus dans les câbles électriques. Et en vertu du précepte qui veut qu’à quiconque frappe à la porte, on lui ouvrira, Michael Sweet a obtempéré et a glissé dans son album de quoi ouvrir la Mer Rouge une nouvelle fois. On multiplie les décibels sur des titres costauds comme ʺBetter part of meʺ, ʺTenʺ, ʺShineʺ, ʺNever aloneʺ ou ʺWhen love is hatedʺ. On s’agenouille pour se recueillir devant des choses plus calmes comme ʺLet it be loveʺ ou ʺNow or neverʺ, dont la douceur reste quand même toute relative car il faut admettre que la grosse majorité du disque aime à déchaîner la colère céleste avec du riff nerveux, du solo éclatant et des compositions qui sortent de la salle de musculation.

Il n’y a pas trop de miracles en matière d’originalité mais Michael Sweet nous offre quand même ici un album solide et maîtrisé, moment très agréable pour les amateurs de hard rock classique et de heavy metal finement ciselé.

Le groupe :

Michael Sweet (chant)
Todd La Torre (chant)
Will Hunt (batterie)
John O’Boyle (basse)
Joel Hoekstra (guitare)
Jeff Loomis (guitare)
Marzi Montazeri (guitare)
Gus G. (guitare)
Andy James (guitare)

L’album :

“Better Part of Me”
“Lay It Down”
“Forget, Forgive”
“Now or Never”
“Ten”
“Shine”
“Let It Be Love”
“Never Alone”
“When Love Is Hate”
“Ricochet”
“With You Till the End”
“Son of Man”

https://www.facebook.com/TheMichaelSweet/

Pays: US
Frontiers Music
Sortie: 2019/10/11

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!