THEO – Figureheads

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Retour du projet musical engendré par le claviériste/chanteur/compositeur Jim Alfredson cinq ans après un premier effort discographique de THEO où, il s’associe à nouveau à Gary Davenport (fretless basse, chapman stick), Kevin DePree (batterie et percussions) et Jake Reichbart (guitares)…ainsi que trois autres invités. Sinon rappelons que le concepteur du projet a fait partie d’un nombre impressionnant de formations (Organissimo, Dirty Fingers, Janiva Magness, Greg Nacy Band et Root Doctor) et qu’il insuffle au sein de THEO, une approche moderne aux sons de claviers des seventies des grandes formations de l’époque comme Yes ou Emerson, Lake and Palmer.

Seulement quatre compositions mais elles sont toutes des épiques puisque, les durées vont de 10 minutes à près de 17 minutes ce qui présage je suppose, d’un contenu hautement progressif mais aussi à mi-chemin du rock nostalgique et du rock contemporain. Alors prenons la peine d’écouter et de déguster l’un ou l’autre de ces épiques avec tout d’abord la première composition démarrant tout en douceur rappelant les derniers morceaux du grand Camel :

Avec bien évidemment une présence importante des claviers et donc des synthés au sein d’une musique qui, voyage entre rock-progressif et classic-rock où, un chant synthétique s’associe à des sons à la fois modernes et vintage grâce à une orchestration travaillée. Inspiré par de grands noms des sentiers comme Genesis et King Crimson, l’artiste compose une musique où il voyage d’un passage plus corsé à un moment plus posé sans oublier bien sûr, des envolées du côté des claviers rappelant l’expérience en la matière du bonhomme sur les synthés et les orgues ! Un travail qui me rappelle aussi à certains moments les grandes compositions des Suédois de Flower Kings (et le travail de Thomas Bodin aux claviers), permettant donc un pont entre le passé et le présent mais aussi entre les courants musicaux allant du progressif au funky sans oublier le classic-rock comme pour cette second composition :

Rappelant fortement au départ Pink Floyd à travers le travail de l’orgue et de la guitare puis, on verse effectivement dans un rock à la fois funky et progressif avec encore ici une orchestration variée et travaillée où, la guitare prend quelque peu les devants à travers plusieurs passages solistes. Sans oublier le travail vocal (chant et harmonies vocales) géré en finesse par le maître des lieux en personne qui, s’accorde parfaitement à l’orchestration bourrée de recherches qui crée un pont-temporel avec les grandes figures des seventies comme Genesis et consorts, pour nous pousser vers la suite de notre 21ème siècle. Bien sûr il faut savoir apprécier une musique complexe et travaillée, profondément baignée dans les eaux progressives avec aussi de nombreux passages plutôt nostalgiques et donc vintage qui, raviront surtout les anciens. Au final voilà une grande vitrine musicale oscillant entre progressif et classic-rock !

L’équipe:
Jim Alfredson (claviers, chant, composition)
Gary Davenport (stick chapman et fretless basse)
Kevin DePree (batterie et percussions)
Jake Reinchbart (guitares)
Tom MacLean (guitares)
Greg Nagy (chœurs)
Donny Brown (chœurs)

Pays: US
Generation Prog Records GENPRCD010
Sortie: 2020/09/29

https://www.facebook.com/THEOPROG

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!