TIM MORSE – Tim Morse III

1 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Le claviériste/multi-instrumentiste/chanteur/compositeur américain Tim Morse revient ici avec son troisième effort solo après six ans d’attente pour ses fans, puisque le précédent volet datait de 2012 et le premier de 2005. L’artiste qui s’est également fait connaître au sein du groupe The Mangoes, a simplement nommé cet album ”III” avec peut-être une certaine sobriété alors que, le contenu musical nous démontrera un travail précis et impeccable de composition et donc d’orchestration pour un résultat voyageant entre rock-progressif et rock-symphonique.

S’occupant des claviers bien sûr mais aussi d’autres instruments (guitares, basse, batterie et le chant), l’artiste s’associe ici les services de 10 collaborateurs pour construire une musique élaborée, qui fait corps avec le progressif de plusieurs générations et donc de groupes emblématiques comme Yes ou ELP…ou encore pour ce premier morceau une coloration qui pousse vers la pop-musique, sans oublier l’utilisation de synthés futuristes et démonstratifs chers à un certain Rick Wakeman. Orchestration et partie vocale (y compris les chœurs) déposent une musique temporisée qui s’écoute avec attention. L’empreinte du classic-rock est aussi évidente avec un style en phase avec les grands courants des années 80 et 90, offrant un rock grand public qui s’écoute sans difficulté ce qui ne veut pas dire, qu’il est sans intérêt que du contraire avec des passages atmosphériques et légers qui poussent à rêver et à s’évader. C’est en fait le côté très mélodique et souvent proche des Beatles seconde période (bleu) qui nous porte avec fluidité à travers un rock qui par moment, s’élève grâce aux envolées de claviers et/ou de guitares.

Chaque composition présente une ambiance spécifique avec pour suivre ”The Marquis” un tempo posé de jazz-rock où, piano et cuivres entourent un chant toujours léger permettant au jazz de jongler avec la pop-musique au gré d’une belle alternance qui nous ramène encore vers les quatre garçons de Liverpool. Chaque instrument apporte ici un travail soigné voir léché comme ce xylophone qui s’accompagne d’une guitare inspirée et d’un piano classique puis, on s’évade alors vers un folk-rock plus rythmé ”The Path” où, guitare acoustique et orgue font des merveilles rappelant à la fois un grand folk et un grand progressif. Les accords de guitare acoustique sont ici magnifiques idem pour les chœurs, offrant ici fluidité et douceur à l’esprit…plus loin on découvrira aussi du néo-classique.

Et c’est comme cela jusqu’au bout d’un album présentant un travail d’orchestration remarquable où l’accent a été mis, sur la conception d’une musique imprégnée de multiples influences et présentée sous une forme posée respirant un grand professionnalisme et une réelle volonté de bien faire les choses. Tous les instruments sont ici tous joués avec la même rigueur avec encore comme exemple au sein de ”The Mary Celeste”, l’accord parfait entre violon, basse et guitare aérienne qui ouvrent pour un très beau passage aux orgues. Au final voilà un opus très soigné construit manifestement par un tout grand musicien !

Pays: US
Cymbalick Music
Sortie: 2018/10/22

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!