TRISTAN DRIESSENS – A Folk Dancer’s Journey

25 Participations

Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Je vous avais précédemment parlé de Tristan Driessens lors de la sortie d’un album qu’il avait écrit et composé avec son comparse de longue date Robbe Kieckens, offrant aux amoureux de musiques traditionnelles et de sons d’instruments venus de loin un recueil destiné à faire voyager principalement vers l’Orient. L’artiste nous revient donc ici avec son travail personnel où il s’occupe bien sûr du oud (luth originaire de Turquie, Grèce, Arménie…) et des compositions, ici épaulé par une pléiade de musiciens chevronnés dans l’art du maniement des instruments traditionnels. En effet on retrouve ici d’une part justement son comparse Robbe Kieckens mais aussi l’incontournable joueur de saz Emre Gültekin et bien d’autres virtuoses, pour un album où l’artiste renoue avec ses débuts lorsqu’il était danseur (Balacordes), s’éloignant quelque peu de la musique d’Istanbul pour aller vers d’autres contrées passant par l’Azerbaïdjan, la Turquie ou le Maroc…mais écoutons un premier extrait, la première composition en fait avec ”Alethea’s First Song” où l’on perçoit par exemple le son du outh et des percussions, le tout au sein d’une complainte posée voir mélancolique :

”Mandragora ‘s Jig” nous ramène plutôt vers la jig irlandaise avec bien sûr, les instruments traditionnels propres à cette contrée et à ses traditions propres plus proches d’une certaine manière de la culture folk :

Attention au sein de cette composition, on constate le mélange des continents avec ça et là des pincées orientales au sein d’un morceau plutôt occidental, permettant à l’auditeur de faire de grands bons à travers les continents. Instruments et percussions traditionnelles continent de nous faire voyager à travers une musique à la fois technique et variée puisqu’ici, on perçoit même le son du saxophone nous embarquant alors vers le petit monde du jazz. Pays anglo-saxons, orientaux et le grand US ne font ici qu’un au sein d’une même composition, permettant à une multitude d’instruments et forcément de protagonistes de s’exprimer !

Plus loin c’est la harpe celtique mais aussi les instruments venus de l’Orient qui s’entrecroisent au sein d’un autre morceau ”L’Assemblée des Oiseaux”, ce qui permet de perdurer dans cette volonté de fusionner les Contrées et les traditions d’ici et d’ailleurs. Loin des musique habituelles proposées sur notre site mais dans la lignée des diverses productions que je vous ai déjà proposés concernant le label liégeois Home Records et donc l’univers des musiques du Monde, cet album vous fait voyager et donc il est impératif d’écouter les trois extraits disponibles ici :

Tristan Driessens nous offre un album multiple-couleurs, qui va de l’Occident à l’Orient à travers le son d’un grand nombre d’instruments traditionnels, permettant à l’auditeur de découvrir toutes ces traditions liées aux musiques traditionnels de divers régions du Monde. Un peu comme un grand voyageur accompagné de son oud (ûd), Tristan nous prend par la main pour partager sa transhumance musicale, qui l’emmène au gré du choix des instruments utilisés pour chaque composition !

L’équipe:
Tristan Driessens (oud, composition)
Derya Türkan (kemençe turc)
Jowan Merckx (flûtes à bec, whistles)
Robbe Kieckens (percussions)
Léa Besançon (violoncelle)
Vardan Hovanissian (doudouk, clarinette)
Niki Aleksandrov (tapan bulgare)
Emre Gültekin (saz, üç, telli)
Ruben Tenenbaum (violon)
Tom Callens (clarinette, flûtes, saxophone)
Vincent Noiret (contrebasse)
Isabelle de Spoelberch (harpe celtique)
Muhittin Kemal (kanun turc)
Simon Leleux (tabla, dohala)
Lara Rosseel (contrebasse)

Pays: BE
Seyir Musik 2GN005
Sortie: 2019/05

https://www.facebook.com/tristan.driessens

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!