ULCERATE – Stare into death and be still

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Ulcerate est sans doute un des plus anciens groupes de death metal de Nouvelle-Zélande. Il opérait dès l’an 2000 sous le nom de Bloodwreath avant de se rebaptiser en Ulcerate en 2002. Jamie Saint Merat (batterie et percussions) et Michael Hoggard sont les membres permanents d’un groupe qui a beaucoup vu valser les autres musiciens avant de se stabiliser en 2005 avec l’arrivée du bassiste Paul Kellan, qui assurera également les vocaux à partir de 2008. Jamie Saint Merat et Paul Kelland avaient également été membres d’Abystic Ritual, petite formation black et death metal développée en même temps qu’Ulcerate mais abandonnée quelques années plus tard au profit d’Ulcerate. Jamie Saint Merat met également fin à son troisième groupe death Forced To Submit pour concentrer ses forces sur Ulcerate.

Ces efforts aboutissent à la production d’une série régulière d’albums, malgré une discographie qui se balade de labels internationaux en labels internationaux. La première compilation du groupe, ʺThe coming of genocideʺ, sort en 2006 chez un label italien. Puis c’est la boîte néerlandaise Neurotic Records qui édite le premier album ʺOf fracture and failureʺ en 2007. Ulcerate parvient ensuite refuge chez deux labels américains, le modeste Willowtip Records (ʺEverything is fireʺ, 2009 ; ʺThe destroyers of allʺ, 2011) et le prestigieux Relapse Records (ʺVermisʺ, 2013 ; ʺShrine of paralysisʺ, 2016). C’est finalement chez un label français, Debemur Morti Productions, qu’Ulcerate sort son nouvel opus ʺStare into death and be stillʺ.

Ce disque poursuit la voie qu’a empruntée Ulcerate dès ses premiers albums, celle d’un death metal technique orienté vers une lenteur volontiers doom. Les atmosphères sont oppressantes, les rythmes lents poussent à la neurasthénie et le chant caverneux hurle des imprécations contre la misère de la condition humaine. Les hommes d’Ulcerate composent des titres assez longs d’une moyenne de sept à huit minutes, histoire de bien exploiter toutes les possibilités offertes par telle ou telle idée de riff et de développer des labyrinthes sonores où l’auditeur se perd. Les ambiances se succèdent, entre tonnerres grondants et phases plus recueillies, dans un parfait enchaînement maniaco-dépressif. De ʺThe lifless advanceʺ jusqu’à ʺDissolved ordersʺ, tout n’est qu’engluement dans une horreur sonore qui prend aux tripes et qui absorbe dans le tréfonds du désespoir. C’est plutôt un disque à écouter en automne mais si on compte passer ses vacances d’été confiné dans une crypte, ça fera un bien beau compagnon.

Le groupe :

Jamie Saint Merat (batterie et percussions)
Michael Hoggard (guitare)
Paul Kelland (basse et chant)

L’album :

ʺThe Lifeless Advanceʺ (07:01)
ʺExhale the Ashʺ (06:19)
ʺStare Into Death and Be Stillʺ (08:24)
ʺThere is No Horizonʺ (07:02)
ʺInversionʺ (07:05)
ʺVisceral Endsʺ (05:40)
ʺDrawn Into the Next Voidʺ (08:37)
ʺDissolved Ordersʺ (08:15)

https://ulcerate.bandcamp.com/album/stare-into-death-and-be-still
https://www.facebook.com/Ulcerate/

Pays: NZ
Debemur Morti Productions
Sortie: 2020/04/24

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!