VERBAL RAZORS – By thunder and lightning

5 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Qui aurait pu croire que dans la tranquille ville de Tours se tapit une scène thrash metal d’une violence inouïe? Qui aurait pu penser que la cité ayant vu naître Honoré de Balzac et aux pieds de laquelle coule la douce et majestueuse Loire révélerait un jour au monde un foyer purulent de musiciens furieux répandant une réparatrice peste métallique à la brutalité capable de rivaliser avec les plus gros groupes thrash de la baie de San Francisco ou les combos hardcore des bas-fonds de New York?

C’est l’heureuse surprise que nous découvrons à l’écoute de ce troisième album de Verbal Razors, groupement blindé formé à Tours en 2008 et tenu d’une main de fer par le chanteur Simon (on ne connait pas son blaze complet). Ce garçon fomente depuis de nombreuses années des combos extrémistes hyper-vénères qui ont pour but de tout flinguer sur leur passage et de ne laisser dans leur sillage qu’un tas de tympans fumants. A ce titre, Simon a été vu dans des groupes comme D.F.I, Daily Mind Distortion, Ed Warner, Løvve, Nine Eleven, Riot States Killers ou Think Twice, des unités souterraines qui officient dans le métal le plus méchant et le punk hardcore, toujours dans la région de Tours. Ses petits potes Matthieu Degreff (guitare), Pierrot (batterie) et Marc Lecomte (basse) ont été aperçus dans des formations bourguignonnes ou nantaises prônant la même furie musicale (Como Muertos, Heavy Heart, Homesick).

Ce troisième album de Verbal Razors (possible association d’influences comme les punks français de Guilty Razors avec les punkers thrash US de Verbal Abuse?) est tout simplement une tuerie terminale. On ne va pas se perdre en circonvolutions et autres périphrases. Ici, seulement quelques adjectifs prévalent : direct, brutal, carnassier, impitoyable. C’est très simple, les treize morceaux du bien nommé ʺBy thunder and lightningʺ déboulent en une masse compacte de thrash metal punkifié qui se livre à une expédition punitive sur les tympans, en ne laissant rien debout. Les statistiques parlent d’elles-mêmes : 13 titres, 33 minutes de durée, ce qui met la durée moyenne d’un morceau aux mythiques deux minutes et trente secondes. Durant chacune de ces deux minutes et trente secondes, on se fait truffer le cervelet de riffs incendiaires, d’aboiements vindicatifs surexcités et de rythmiques supersoniques. The Exploited et Discharge viennent d’entrer en fusion froide avec Exodus et Overkill pour un résultat thermonucléaire dont les plus phénoménales explosions s’appellent ʺWaterdropʺ, ʺLove songʺ ou ʺCross the lineʺ, pour ne citer qu’une infime partie des morceaux qui aplatissent l’auditeur contre le mur. C’est bien simple, ici, tout tue. On est mort à chaque fois, jamais le temps de reprendre son souffle.

Quand je pense que Verbal Razors est le secret thrash metal/punk hardcore le mieux caché de France et que personne n’avait révélé au monde l’existence de ce joyau de l’extrême. Mais que fait l’ONU? Au lieu d’emmerder le monde avec des épidémies mondiales, les médias devraient revenir sur les informations essentielles que l’univers doit connaître impérativement. Il existe en France un combo métallurgique ultime et personne ne le savait. Mais maintenant, le coup de théâtre est arrivé : le monde connaît désormais Verbal Razors, et tout va changer, moi, le vous le dis!

Le groupe :

Simon (chant)
Matthieu Degreff (guitare)
Pierrot (batterie)
Marc Lecomte (basse)

L’album :

ʺBy Thunder and Lightningʺ (03:14)
ʺWe Are Ratsʺ (01:59)
ʺRiotʺ (02:12)
ʺTrashʺ (02:38)
ʺJump into Dead Endʺ (02:30)
ʺWater Dropʺ (04:19)
ʺThe Houseʺ (02:31)
ʺLove Songʺ (02:16)
ʺOrder by Kicksʺ (01:57)
ʺCross the Lineʺ (02:52)
ʺParty Mateʺ (02:15)
ʺLazerʺ (02:26)
ʺAlcoholʺ (02:11)

https://www.facebook.com/VerbalRazors/

Pays: FR
Deadlight Entertainement
Sortie: 2020/03/13

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!